La poésie d’Émile Gallé en verre et en mots

Le 24 juin 2021, par Sophie Reyssat

Avec ses verreries parlantes, le créateur ouvre la voie d’un XXe siècle inventif, au programme ce jeudi.


Émile Gallé (1846-1904), vase diabolo en verre multicouche, marqueterie, inclusions et décor gravé d’iris, tonalités bleu et vert, inscription gravée  «Vers la lumière...», signé, h. 29 cm, diam. cm.
Estimation : 15 000/20 000 

D’un côté, le mobilier architecturé de Charlotte Perriand, Pierre Jeanneret, ou encore Franco Albini, de l’autre les objets d’art d’inspiration naturaliste imaginés par Line Vautrin et Pablo Picasso à Madoura… La créativité du XXe siècle sera passée au crible par cette vente de design, en commençant celle d’Émile Gallé. «Vers la lumière...», ces quelques mots gravés à la roue dans le verre entrent en résonnance avec la matière, dont la superposition des couches colorées met la transparence en scène et dessine avec délicatesse des iris évanescents. Dès ses débuts, le verrier a agrémenté ses créations de quelques mots ou de longues phrases, allant des fables et des proverbes populaires aux strophes des poètes. Il emprunte celles-ci avec prédilection à des auteurs de son temps comme Victor Hugo, mais puise également à la source des textes anciens. Des sentences en latin agrémentent ainsi certaines pièces. Tout dépend de leur décor et de leur thème, avec lequel elles doivent s’harmoniser. La calligraphie s’adapte ainsi à l’œuvre, tout en souplesse pour accompagner les motifs naturalistes, ou d’inspiration médiévale pour aller de pair avec les personnages illustrant un texte de François Villon. Gravés, en relief ou peints à l’émail, les mots font partie intégrante du décor.
 

Agenda

Le catalogue sous le signe de l’éclectisme est dédié au « Design du XXe siècle » : il mêle l’art nouveau au design italien de l’après-guerre, les arts du feu aux objets décoratifs, ou l’art déco au design de la Reconstruction. Un bouquet de fleurs de pavot en talosel de la créatrice Line Vautrin (1913-1997) viendra fleurir la vente, cette charmante pièce unique étant estimée 1 000/1 500 €. À ses côtés, l’artiste et designer suisse Pierre Jeanneret (1896-1967), cousin de Le Corbusier (1887-1965), sera à l’honneur avec trois de ses créations, provenant des bâtiments administratifs de Chandigarh. Une table à pieds en X (30 000/40 000 €), ainsi que deux paires de fauteuils créées vers 1955, dites « Easy Armchairs » (25 000/35 000 €) et « Advocate Chairs » (30 000/40 000 €). Pour le design des années 1980, un fauteuil rouge de modèle « Bel Air » du Californien Peter Shire (né en 1947), estimé 3 000/5 000 €, passera avant des coupes en résine molle, rouges aussi, de l’Italien Gaetano Pesce (né en 1939) à 600/800 €, et un lampadaire de 2,10 mètres design « Alter » d’Andrée Putman (1925-2013), à 2 000/2 500 €.

jeudi 01 juillet 2021 - 16:00 - Live
Neuilly-sur-Seine - Hôtel des ventes, 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle - 92200
Aguttes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne