Un rhinocéros dévastateur de François-Xavier Lalanne

Le 21 juillet 2021, par Caroline Legrand

Provenant d’une collection privée, cette sculpture en bronze à patine émaillée illustre l’un des sujets favoris de François-Xavier Lalanne, le rhinocéros.

François-Xavier Lalanne (1927-2008), Rhinocéros bleu, 1981, bronze à patine émaillée bleu, signé du monogramme, daté et numéroté 72/150, édition Artcurial Paris, 25 55 15 cm.
Estimation : 45 000/50 000 €, Adjugé : 
56 500 €

Le puissant mammifère de la savane africaine a marqué la carrière de François-Xavier Lalanne. Celui-ci en présente en effet un modèle lors de sa première exposition personnelle, en 1964, organisée à la galerie J de Jeanine Restany à Paris. L’événement est habilement baptisé « Zoophites », un titre évocateur et visionnaire de ce que sera son œuvre, dédiée durant toute sa riche carrière aux animaux — un sujet que lui inspirent sa première femme, descendante de François Pompon, mais aussi son voisin à Montparnasse, un certain Brancusi. Associé à sa seconde épouse Claude, il donnera par la suite naissance à un fabuleux bestiaire poétique, flirtant avec le surréalisme, inspiré de la grande tradition française de la sculpture animalière mais qu’il saura renouveler avec humour et intelligence. Ses œuvres de grandes dimensions entrent littéralement dans nos intérieurs, où elles prennent d’ailleurs bien souvent une toute nouvelle fonction. Ainsi le second rhinocéros, créé en 1966, s’ouvre pour se transformer en secrétaire, avec tous ses rangements cachés dans son flanc. Durant les décennies suivantes, l’artiste déclinera le féroce animal dans des tailles et des matériaux variés, notamment en cuivre, en cuir ou encore en bronze, comme pour ce modèle de 1981 rutilant de son émail bleu. Seul Lalanne pouvait se permettre de faire entrer dans les appartements raffinés ces puissants animaux à la course dévastatrice. On le sait, ils ne furent pas les seuls : moutons, hippopotames, ours, ânes et autres animaux hybrides, tel le « Choupatte », étaient domestiqués sous ses mains. À l’opposé des mouvements de son époque, plus axés sur les lignes épurées et géométriques, François-Xavier Lalanne a su créer un univers totalement singulier, qui trouva très vite son public. Il recueille dans les salles des ventes des enchères record depuis la dispersion de la collection Yves Saint Laurent-Pierre Bergé, en 2009, qui comportait quelques-uns de ses chefs-d’œuvre.

Agenda
Une belle sélection de tableaux, des impressionnistes aux contemporains, occupera le sommaire du 15 août. La figuration expressionniste de Bernard Buffet sera une nouvelle fois saluée avec l'huile sur toile Le Panier de fruits, datée de 1957 et annoncée à hauteur de 120 000/140 000 €. Couleurs pastel légères et dessin fourmillant noir, toutes les caractéristiques du style de Jean Dufy s'afficheront dans deux œuvres présentées par le frère de Raoul : Stockholm, le port, daté vers 1953-1954 (50 000/70 000 €), et Calèches et cavaliers au bois de Boulogne, vers 1950 (même estimation). Le thème du paysage sera décliné de plusieurs manières, du naturalisme poétique de Camille Corot avec Trois personnages au marais, daté vers 1865-1870 (38 000/40 000 €), aux couleurs franches et au dessin sommaire du fauve Charles Camoin avec La Sortie du port de Saint-Tropez, de 1948-1950 (25 000/30 000 €). La peinture ancienne sera illustrée par La Répétition avant le concert, du maître d'Utrecht du XVIIe Lumen Portengen (20 000/30 000 €), et l'art contemporain par une lithographie en couleurs signée David Hockney et numérotée, Bora Bora, de 1975 100/100 (13 000/16 000 €). La sculpture ne sera pas en reste avec un impressionnant Rhinocéros en bronze émaillé bleu de François-Xavier Lalanne, prévu 45 000/50 000 €. 
dimanche 15 août 2021 - 14:30 - Live
Cannes - Grand Hyatt Cannes Hôtel Martinez, 73, La Croisette - 06400
Besch Cannes Auction
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne