Les Victor Hugo de la collection Jean et Sheila Gaudon

Le 21 septembre 2021, par Claire Papon

Tous deux spécialistes de Victor Hugo, ils avaient réuni autour de leur auteur de prédilection une collection d’autographes et de livres ainsi que quelques encres.

Victor Hugo (1802-1885), Tête de gargouille, plume et encre brune sur papier, 8,5 7,5 cm.
Estimation : 1 000/1 500 Adjugé : 12 571 €

Trois dessins d’Hugo sont présentés : Tête de gargouille (voir photo), Empreinte de fougère (1 500/2 000 €), Nuées et soleil et empreinte de pièce (1 000/1 500 €). Si l’animal cornu rappelle les créatures fantastiques ornant Notre-Dame et renvoie à l’iconographie médiévale – source d’inspiration centrale pour l’auteur –, le feuillage évoque un fossile, dont l’écrivain était amateur, et sa passion pour la botanique. La troisième œuvre s’accorde au vers de son contemporain Gérard de Nerval, «[…] le soleil noir de la mélancolie». Une quinzaine de lettres, de 1827 aux années 1870, sont modestes mais précieuses. On y croise son père ou son épouse, son ami Alfred de Vigny. Des lettres à lui adressées comme un billet de son fils Charles, au dos duquel Hugo trace à la hâte un brouillon pour Les Misérables (2 000/2 500 €), d’autres de sa compagne Juliette Drouet, de ses disciples Auguste Vacquerie et Paul Meurice, de ses confrères Alexandre Dumas, François-René de Chateaubriand, ou de l’éditeur Pierre-Jules Hetzel. Si les bibliothèques constituées autour de son œuvre ne sont pas rares, celle rassemblée par ce couple d’universitaires – en France, à Londres, à Manchester, à Yale – traduit leur désir de faire de chacun des ouvrages un exemplaire particulier Les Contemplations en édition originale et premier tirage (800/1 000 €), Actes et paroles sur papier de Hollande (2 000/3 000 €), La Voix de Guernesey avec un envoi à la publication «Martiri italiani» (1 000/1 500 €). S’ils partagèrent l’amour de la musique et de la peinture, Jean (1926-2019) et Sheila Gaudon (1933-2017) ont fait œuvre commune autour du poète, dramaturge, romancier et dessinateur romantique. En l’absence de legs à la bibliothèque de Lyon, cette collection prend le chemin des enchères. De quoi susciter la convoitise de la BnF, de la maison de Victor Hugo, place des Vosges, du musée de Villequier, de la maison littéraire Victor Hugo au château des Roches, à Bièvres, et des amateurs bien sûr.

Panorama (avant-vente)

La gargouille de Victor Hugo

Le 12 août 2021, par Christophe Provot

Un couple de bibliophiles a réuni une collection autour de Victor Hugo comprenant trois dessins de l'écrivain.

Elle aurait toute sa place sur l’un des clochers de Notre-Dame. Esquissée d’un trait rapide à l’encre brune et à la plume, cette Tête de gargouille au profil grimaçant (8,5 x 7,5 cm à vue) est l’une des trois œuvres sur papier signées Victor Hugo, proposées le 28 septembre chez Nouvelle Étude à Drouot, lors de la dispersion de la collection d’un couple de bibliophiles, et spécialistes de l’écrivain romantique. Notre feuille est accompagnée d’une estimation entre 2 000 et 3 000 €. L’a-t-il dessinée avant ou après avoir écrit son célèbre roman Notre-Dame de Paris en 1832 ? L’absence de datation permet toutes les suppositions. Victor Hugo a laissé plus de 2000 œuvres graphiques, et son ex-demeure de la place des Vosges en compte plus de 700 dans ses collections.

Agenda

La dispersion est celle d’une collection précieuse, fruit de la passion littéraire partagée par un couple, Jean (1926-2019) et Sheila Gaudon (1933-2017). Au fil des ans, en plus de quelques éditions originales de ses ouvrages dont Les Contemplations, ces deux spécialistes de Victor Hugo ont rassemblé une quinzaine de lettres de l’écrivain, datées entre 1827 et 1870, destinées à ses proches, mais aussi les missives reçues en retour, notamment de sa compagne Juliette Drouet, ou d’autres de ses contemporains. Leurs noms : Chateaubriand, Pierre-Jean de Béranger ou Alexandre Dumas…  Les estimations courent de 200 à 2 000 € environ. Enfin, trois dessins à l’encre de Victor Hugo figureront dans le catalogue de la vente en préparation. Le Soleil noir (1 000/1 500 €) et L’Empreinte de fougère (1 500/2 000 €) ont été exposés à Paris, à la Maison Victor Hugo en 2000, et un troisième dessin représente une Tête de gargouille (2 000/3 000 €).

mardi 28 septembre 2021 - 14:00 - Live
Salle 4 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Nouvelle Etude
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne