Une floraison de bijoux, de Lalique à Belperron

Le 04 mars 2021, par Sophie Reyssat

Les joailliers rivalisent d’originalité pour marier les matériaux et leurs teintes précieuses.

Suzanne Belperron, clip «fleur», vers 1940, citrine, diamants jaunes de couleur naturelle «fancy vivid intense», taille ancienne, rubis cabochon, émeraudes gravées, poinçon Goené & Darde, h. 5,8 cm, poids 26,9 g.
Estimation : 20 000/25 000 

Comme «la rose qui ce matin avoit éclose», la femme-fleur chantée par Pierre de Ronsard est une source d’inspiration pour les joailliers. L’art nouveau sublime ainsi la nature et la féminité, souvent confondues dans les mêmes courbes parfaites et sensuelles. La femme rêvée par les créateurs est si séduisante qu’elle en devient fatale. Ce n’est pas un hasard si René Lalique a représenté trois fleurs de datura, surnommée l’«herbe des magiciens», sur une broche dont les corolles de nacre, ponctuées d’améthystes, s’épanouissent à l’extrémités de tiges feuillagées en émail vert opalescent (6,8 5,3 cm environ, poids 18,1 g, 7 500/10 000 €). La douceur envoûtante de ces tons contraste avec la symbolique toxique de ce bijou. Une quarantaine d’années plus tard, la femme ne se cache plus, et une symphonie de couleurs éclate dans les créations de Suzanne Belperron – au nombre de cinq dans cette vente –, comme le montre à merveille le clip fleur ci-contre. Formant les rayons d’un astre au cœur de rubis, ses diamants jaunes et ses citrines déclinent subtilement toute une palette ensoleillée, allant du jaune citron au bouton d’or, et au cognac. L’alchimie des couleurs franches éblouit, sans jamais perdre de son élégance, grâce au parfait équilibre des proportions. Sur une bague dôme de 1973, un pavage de rubis sert ainsi à mettre en scène un cabochon de saphir pesant 19,15 ct. Comptez environ 35 000 € pour ce bijou à la forte personnalité.

Agenda

Le jeudi 11, trois diamants tiendront le haut du pavé – l’un sur papier, deux autres montés en bagues – dans une fourchette de 50 000 à 80 000 €. Une broche « éventail », façonnée vers 1935, montrera également la pierre sous toutes les facettes de ses tailles ronde, rectangulaire et baguette, associée à des rubis birmans (30 000/45 000 €). De même provenance, un saphir de 9,61 ct sera lui aussi sous le feu des projecteurs. Épaulé de diamants poire, il sera passé au doigt pour peu de débourser quelque 35 000 €. Pour une estimation similaire, Suzanne Belperron a choisi de tailler la pierre azuréenne en cabochon, pour former le dôme d’une bague en or jaune pavée de rubis. La créatrice sera représentée par cinq bijoux jouant avec les couleurs et les matériaux. En mêlant améthystes, émail et nacre, Lalique a également choisi la voie de l’originalité pour sa broche aux trois fleurs de Datura (7 500/10 000 €).

jeudi 11 mars 2021 - 02:30 - Live
Neuilly-sur-Seine - Hôtel des ventes, 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle - 92200
Aguttes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne