Félix Ziem à Venise

Le 15 septembre 2021, par Caroline Legrand

Sous son pinceau, la cité des Doges invite à la rêverie : une fois de plus, Félix Ziem nous emmène à la découverte de sa «seconde patrie».

Félix Ziem (1821-1911) Venise, le Grand Canal, huile sur toile signée, 74 124,5 cm.
Estimation : 20 000/30 000 

Félix Ziem découvrit Venise en 1842. Ce fut un coup de foudre qui poussa le peintre à y revenir régulièrement (parfois deux fois par an) jusqu’à sa mort, en 1911. «Beau ciel, lagunes polies et silencieuses où j’ai rêvé le beau», écrivait-il le 18 novembre 1879 dans son journal. En 1847, le peintre s’est même installé un atelier sur un «topo», un bateau à fond plat. Sa manière revisite celle des védutistes, Canaletto ou Guardi, par sa touche impressionniste et sa lumière irradiante, qui signe ses compositions féeriques. Cette grande toile se distingue par sa mise en page. Au premier plan, dans une belle perspective, l’on découvre la vie animée des quais puis l’eau aux troublants reflets, pour enfin admirer les monuments célèbres de la Sérénissime que sont la place Saint-Marc et la coupole blanche de Santa Maria della Salute. Sans oublier le ciel dans son immensité, qui règne sur une belle moitié de la toile : une audace digne de celui qui insuffla un style nouveau à la peinture orientaliste. Inspiré tant par Jongkind que par Turner, Félix Ziem aura en effet marqué son temps. Homme solitaire et excentrique, il a connu un parcours atypique qui le mena de sa Bourgogne natale à Venise, en passant par la Turquie et la Russie. Son œuvre, en adéquation avec l’esprit éclectique et curieux de la seconde moitié du XIXe siècle, trouva sans mal son public. Il ne peignit pas moins de six mille toiles, et fut le premier artiste vivant à entrer dans les collections du Louvre, en 1910.

Agenda
Une invitation au voyage : Félix Ziem a révolutionné la peinture orientaliste avec son style préimpressionniste et son atmosphère poétique. Pas moins de 20 000/30 000 € seront à envisager pour sa toile représentant Venise, le Grand Canal. De ce programme éclectique, nous retiendrons aussi bien une voiture puisque s'agissant d'uneTriumph Spitfire 1500, de l'année 1975 (3 000/5 000 €), qu'une coupe de forme ondulée montée sur piédouche circulaire d'Antonin Daum, celle-ci en verre multicouche à décor, dégagé à l'acide et émaillé sur fond jaune orangé, de fruits sauvages et ronces (2 000/3 000 €). On y ajoutera un bronze signé Hippolyte Moreau, à décor allégorique sur le thème des Vendanges (1 000/1 500 €). 
dimanche 19 septembre 2021 - 14:00
Périgueux - 9, rue Bodin - 24000
Périgord Enchères - Périgord Estimations
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne