De Rouen à Bayeux, enluminures normandes

Le 15 décembre 2017, par Caroline Legrand

Les enluminures normandes de la seconde moitié du XVe siècle sont particulièrement prisées par les collectionneurs. Elles témoignent en effet d’une période de prospérité que connurent Rouen et sa région à la suite du départ des Anglais et de la reconquête française.

Rouen, vers 1470. Livre d’heures à l’usage de Bayeux, 188 x 128 mm, reliure XVIIe siècle.
Estimation : 25 000/30 000 €

L’archevêché est alors très puissant, soutenu par de nombreux et fortunés fidèles, appartenant à une classe marchande en pleine ascension. Les livres d’heures, alors à leur apogée, sortent en quantité croissante des ateliers d’enluminure, en particulier de celui du Maître de l’Échevinage de Rouen. À côté des commandes privées, l’échevinage de la cité normande, voulant rivaliser avec la capitale, finance en effet la production d’enluminures… peut-être le nôtre en faisait-il partie ? Stylistiquement, en tout cas, ce livre d’heures se rapproche de plusieurs ouvrages rouennais contemporains. Réalisé sur commande vers 1470 à Rouen, pour une dame de qualité, il est dédié à l’usage de Bayeux, comme le prouvent les saints évoqués dans son calendrier, dont Exupère, premier évêque de la ville. On retrouve encore saint Regnobert, lui aussi prélat de Bayeux, au VIe siècle, qui acheva la conversion des Saxons entamée par saint Exupère. Destinés à l’usage privé des fidèles laïcs, les livres d’heures permettaient à chacun de découper les journées et les semaines en fonction des différentes prières. On retrouve ainsi dans notre exemplaire les heures de la Croix et celles du Saint-Esprit. Suivent notamment les psaumes de la pénitence, des litanies et l’office des morts à l’usage de Bayeux. De beaux textes écrits aux encres rouge et noire, illustrés de quatorze grandes miniatures et d’une petite sur les thèmes de saint Jean sur l’île de Patmos, la Pietà, l’Annonciation de la Vierge, la Visitation, la Pentecôte, la Nativité, l’Adoration des Mages. On y voit aussi David en prière, sa harpe devant lui, et une étonnante scène où deux personnages mettent en terre un homme, dans son linceul, des prêtres officiant et des moines en pleurs, devant de grands bâtiments aux toits rouges. 

Agenda
Eugène Boudin sera ici comme à la maison. Le natif d'Honfleur, précurseur de l'impressionnisme, livrera contre 70 000/80 000 € une huile sur panneau verticale datée du 25 août 1894, La Jetée de Trouville. Il sera entouré aux cimaises d'autres peintres de la région tels Charles Mozin, présent avec un Retour de pêche en Hollande, situé à Scheveningen (20 000/30 000 €), mais aussi André Hambourg nous invitant Dans les jardins du Luxembourg (6 000/8 000 €). Dans un tout autre style, Charles Camoin proposera moyennant 18 000/20 000 € un Nu endormi. Mais l'une des plus belles batailles d'enchères pourrait bien se produire ailleurs, pour un Livre d'heures à l'usage de Bayeux réalisé sur commande pour une femme de qualité bayeusaine, à Rouen dans les années 1470, à l'époque du Maître de l'Échevinage de Rouen (25 000/30 000 €). 
lundi 01 janvier 2018 - 02:30
Honfleur - 7, rue Saint-Nicol - 14600
Mytika
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne