Bibliothèque Geneviève et Jean-Paul Kahn

Le 30 septembre 2020, par Claire Papon

Breton, Ernst, Iliazd, Picabia et Dalí sont certains des artistes les mieux représentés de cette dispersion dédiée au surréalisme.

Max Ernst (1891-1976) et Ernst Guillaume Tempel (1821-1889), 65 Maximiliana ou l’Exercice illégal de l’astronomie (Paris, Le Degré Quarante et Un, 1964), édition originale d’un tirage limité à 75 exemplaires sur japon ancien, 34 gravures en noir et en couleurs de Max Ernst, dont 10 à double page.
Estimation : 50 000/60 000 


Avec un produit de 5 760 323 €, le premier opus de la vente de la bibliothèque Geneviève et Jean-Paul Kahn dépassait les espérances, le 7 novembre 2019 (Pierre Bergé & Associés). Cette deuxième partie, intitulée, comme la première, «Mille nuits de rêve» en référence au poème «Balances» de Paul Éluard, fera-t-elle date elle aussi ? Souhaitons bien sûr le meilleur à cet ensemble réuni sur près de six décennies. S’il prêtait volontiers, le collectionneur, disparu en 2018, cultivait la discrétion. Une belle place est faite dans ce nouveau chapitre aux «femmes du surréalisme» (voir l'article Bibliothèque Geneviève & Jean-Paul Kahn : les femmes du surréalisme de la Gazette n° 33, page 12). C’est à un manuscrit de Francis Picabia qu’est promise la plus haute marche du podium. Signée, illustrée de dessins originaux, cette maquette du projet pour la revue 290 (Barcelone, fin 1916) qui n’a jamais vu le jour et dont on ne conserve aucune trace, est une pièce inédite pour laquelle 100 000/150 000 € sont attendus. Autres raretés sous le marteau : l’un des quarante exemplaires de tête des Chants de Maldoror de Lautréamont, illustré de 42 eaux-fortes de Salvador Dalí et habillé d’une reliure de maroquin noir mosaïqué de Paul Bonet (Paris, 1934), et une édition originale de 65 Maximiliana ou l’Exercice illégal de l’astronomie (Paris, 1964) du scientifique allemand Ernst Guillaume Tempel. L’ouvrage est enrichi d’écritures et de gravures par Max Ernst, les données scientifiques mises en lumière par le poète et éditeur Iliazd (1894-1975). Comptez 50 000/60 000 € successivement pour ces deux pépites. C’est entre 40 000 et 60 000 € enfin que pourrait être disputé le manuscrit autographe d’André Breton du prospectus du Cycle de conférences sur les plus récentes positions du surréalisme. Breton lui-même, mais aussi Paul Éluard, Georges Hugnet, Benjamin Péret… devaient y participer en juin 1935. Ces quatre pages sont ornées de 18 dessins et collages de Man Ray, Alberto Giacometti, Jean Arp, Oscar Dominguez, Salvador Dalí… Le cycle n’aura pas lieu. Restent des brouillons autographes, notre maquette et le prospectus imprimé.

vendredi 09 octobre 2020 - 14:00 - Live
Salle 5 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Pierre Bergé & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne