Voitures vs Montres

Le 08 avril 2021, par Caroline Legrand

Tout un concept  ! Cette vente au château de Lasserre lance une série d’événements qui verront rivaliser des voitures et des montres de collection, d’époque ou de style similaires.

Invicta Black Prince, 1948, drophead coupé, moteur 2 997 cm, six cylindres double allumage, 120 cv, carrosserie aluminium par Airflow Steamline/Northampton.
Estimation : 80 000/100 000 

Les experts Jean-Christophe Guyot et Alexandre Léger ont trouvé un allié de choix en la personne de Stanislas Machoïr, spécialiste des ventes de voitures de collection. Ils vont débuter cette aventure avec des pièces rares, notamment la montre personnelle d’Ettore Bugatti (voir l'article La montre du patron, un certain Ettore Bugatti de la Gazette n° 13, page 10). Réalisée par la maison suisse Mido vers 1929, elle arbore une forme de calandre en fer à cheval, typique des voitures de course qui mèneront à la même époque l'écurie Bugatti vers la victoire. Une pièce unique à batailler à hauteur de 80 000/120 000 €. Si cette montre sera présentée seule, les six autres le seront face à des voitures. Ainsi cette superbe Invicta Black Prince de 1948 sera-t-elle associée à un précieux modèle « Malte Tonneau/Tourbillon » de chez Vacheron Constantin, qui, bien que réalisé vers 2012, est un hommage à l’époque art déco et aux années 1930 et 1940 par sa forme tonneau, géométrique et épurée (65 000/80 000 €). Le système « tourbillon » – consistant en une cage mobile dans laquelle prennent place les organes réglant le mouvement (balancier, spiral et échappement) et qui tourne sans arrêt afin d’annuler les effets de la gravité, pour permettre une plus grande précision – s’élève au même niveau de technicité que cette Invicta de 1947. Née d’un projet fou de William Watson, elle était l’automobile la plus à la pointe de son époque. La marque anglaise a investi dès la fin de la guerre pas moins de 100 000 £ dans ce projet : créer la voiture la plus performante et luxueuse pour une clientèle d’exception. En effet, son moteur Meadows litres de 120 cv lui permet d’atteindre les 176 km/h, sa boîte automatique, ses freins hydrauliques, sans oublier sa carrosserie supportée en sections croisées, à la manière des avions, justifiaient un certain prix. La version cabriolet, par exemple, était vendue 4 000 £, soit l’équivalent de trois Jaguar XK 120 cabriolet ! Seulement six cabriolets furent finalement produits, dont celui-ci ayant appartenu au milliardaire H. Turner.
 

Incontournable : une montre de pilote ! Les grandes maisons horlogères veulent toutes fournir les marques automobiles en instruments à l’i
Incontournable : une montre de pilote ! Les grandes maisons horlogères veulent toutes fournir les marques automobiles en instruments à l’indéfectible précision afin de chronométrer les passages au tour de leurs champions. Fondée en 1902 par Paul Arthur Schwarz et Olga Etienne à la Chaux-de-Fonds, la manufacture Schwarz Etienne a donc créé vers 2000 ce chronographe de pilote Supercar Ferrari au moment de la sortie du modèle F50 (15 000/20 000 €). Produit à 50 exemplaires, il est en or rose 18 ct et à cadran en argent guilloché, avec échelle chemin de fer et trois compteurs cerclés, à décor, enfin, de cheval cabré. Cette montre sera accompagnée, comme à l’origine, d’un écrin plumier riveté et d’une sculpture en Plexiglas de la mythique mascotte de la Scuderia.
Pour conduire la belle allemande, on mettra à son poignet cette montre Franck Muller, datée vers 2008 mais qui rend hommage au coupé Merce
Pour conduire la belle allemande, on mettra à son poignet cette montre Franck Muller, datée vers 2008 mais qui rend hommage au coupé Mercedes 300 SL papillon de 1955, l’un des premiers à s’équiper d’une injection directe essence et aux portes s’ouvrant par le haut. Un décor ciselé sur le cadran (diam. 3,6 cm) orne cette pièce unique réalisée en or gris et jaune, à boîtier à lunette godronnée, poussoirs pompe, anses bec et fond clippé (signée, poinçonnée et numérotée). Son bracelet est quant à lui en cuir crocodile, et la boucle ardillon en or gris. Il faudra débourser 27 000/30 000 € pour son acquisition.

x80 000/100 000 € seront attendus pour cette Ferrari 328 GTS de 1989. Ce modèle est en réalité une évolution de la 308 sortie en 1975, qui
x80 000/100 000 € seront attendus pour cette Ferrari 328 GTS de 1989. Ce modèle est en réalité une évolution de la 308 sortie en 1975, qui fut la dernière version fine et racée de la marque italienne, et la dernière à s’être illustrée en rallye. Il présente un moteur V8 puissant de 270 cv et 3,2 litres, mais aussi la ligne sobre et raffinée très appréciée des puristes de Ferrari. Celle-ci fut livrée par les établissements Charles Pozzi en décembre 1989 et est restée dans le même village de la région toulousaine depuis. Elle n’affiche que 44 000 kilomètres au compteur…
Appartenant à un collectionneur de la région toulousaine et anciennement au journaliste Jacques Poux, présentateur de JT des années 1960-1
Appartenant à un collectionneur de la région toulousaine et anciennement au journaliste Jacques Poux, présentateur de JT des années 1960-1980, cette Mercedes ligne « Ponton » 220 S cabriolet de 1957, produite sous la gamme W180, fut la première voiture à structure monocoque et carrosserie ouverte de la marque allemande. Avec une puissance de 85 cv, elle peut atteindre les 160 km/h. 100 000/120 000 € sont à envisager pour repartir au volant de cette voiture, dont environ deux mille exemplaires sortirent des usines.
Agenda
Tout un concept ! La maison Machoïr se joint aux experts MM. Guyot et Léger pour créer une série de ventes mettant face à face des voitures et des montres de collection de même époque ou style. La grande première aura donc lieu ce 17 avril, avec en tête d'affiche la montre personnelle d'Ettore Bugatti (voir Gazette n° 13, page 10) : pas moins de 80 000/120 000 € sont à envisager pour son acquisition. Une rare voiture Invicta « Black Prince » de 1948 en version drophead coupé, qui ne fut produite qu'à six exemplaires dont celui-ci ayant appartenu au milliardaire américain H. Turner (80 000/100 000 €. Voir Gazette n° 14, pages 98 et 99), rivalisera de luxe et de technicité avec une Vacheron Constantin modèle « Tourbillon » datée vers 2012 (65 000/80 000 €), tandis qu'une Ferrari 328 GTS de 1989 retrouvera un chronographe pilote de la marque Schwarz Etienne modèle « Supercar Ferrari F50 », en or rose et à décor sculpté de cheval cabré, une édition limitée à cinquante exemplaires vers 2000 (15 000/20 000 €). 
samedi 17 avril 2021 - 14:30 - Live
Montastruc-La-Conseillère - Château de Lasserre - 31380
FEE - Stanislas Machoïr
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne