Le totem d’Ettore Sottsass

Le 16 septembre 2020, par Caroline Legrand

Dessinée en 1981 par Ettore Sottsass, la bibliothèque Carlton est l’un des meubles emblématiques du designer et du groupe Memphis, un travail placé sous le signe de l’extravagance et de l’audace.

Ettore Sottsass (1917-2007), étagère Carlton, édition Memphis Milano, plaquette métallique « Memphis Milano 1981 E. Sottsass Made in Italy », 198 190 40 cm.
Estimation : 10 000/15 000 


Une forme improbable qui confine au monument totémique, des planches de mélaminé plastique (et non en bois !) de couleurs vives, empilées les unes sur les autres façon architecture incertaine… Les créations du groupe milanais Memphis – et en particulier celles d’Ettore Sottsass – sont reconnaissables au premier coup d’œil. Elles ont fait dans les années 1980 l’effet d’une bombe, lancée sur le design et ses principes parfois trop rigoureux de fonctionnalisme ou d’esthétique. C’est en 1981 qu’Ettore Sottsass fonde le groupe à Milan, avec des architectes et designers de différentes nationalités, dont Michele De Lucchi, Matteo Thun, Nathalie Du Pasquier ou Shiro Kuramata, et soutenu financièrement par Ernesto Gismondi. Ettore est déjà à cette époque un créateur reconnu. Fils d’architecte, il a étudié à l’école Politecnico de Turin avant d’ouvrir, en 1948, sa première agence à Milan, dans laquelle il explore aussi bien la peinture que la sculpture, le papier peint, le tissu, le verre et le mobilier. À la faveur d’un séjour aux États-Unis, les années 1960 voient se développer son style joyeux et coloré, inspiré de l’univers pop art. Après avoir collaboré durant dix ans avec la maison d’édition Poltronova, il crée une nouvelle agence avec de jeunes architectes, Sottsass Associati, et adhère au studio Alchimia et au groupe Memphis. Le but ? Renouveler l’univers du design.

Agenda
Ettore Sottsass mènera cette sélection d'arts du XXe avec un exemplaire de sa mythique étagère Carlton éditée par Memphis Milano en 1981, estimée à hauteur de 10 000/15 000 €. En deçà, on trouvera aussi bien une tapisserie (laine et coton) de basse lisse de Mario Prassinos réalisée en 1961, sur le thème de Roméo et Juliette (3 500/4 000 €), qu'un seau à champagne en métal argenté martelé de Jean Després à motif de gourmettes à larges maillons (3 000/4 000 €)… Sans oublier une enfilade danoise que proposa Roche Bobois vers 1960 (600/800 €) et une table Tulipe d'Eero Saarinen, éditée par International Knoll (même estimation). 
samedi 19 septembre 2020 - 14:00 - Live
Ollioules - 1190, route nationale 8 - 83190
Maison des enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne