Le prestige de l’Ancien Régime

Le 15 mai 2019, par Sophie Reyssat

Le XVIIIe siècle est mis à l’honneur par le mobilier, l’orfèvrerie, et la sculpture dont Henri IV, immortalisé par l’atelier des Rosset, est un ambassadeur de choix.

Atelier des Rosset, attribué à Jean-François-Joseph Rosset, dit Dupont (1706-1786), Portrait du roi Henri IV, buste à mi-corps en albâtre, signé, situé et daté «Rosset/St Claude/1771», socle en albâtre incrusté de marbre noir portant l’inscription «Henri IV», h. totale 71, l. 48 cm.
Estimation : 30 000/50 000 

Jean-François-Joseph Rosset est sans doute l’auteur de ce portrait d’Henri IV. Issu d’une famille de sculpteurs jurassiens cantonnés aux pièces modestes, il s’est rendu célèbre en réalisant des bustes de Voltaire, qui le prit en amitié. Ce portrait du Vert-Galant est remarquable par sa taille à une époque où la propagande des Bourbons encourageait la diffusion de petites effigies du souverain. La virtuosité s’exprimera également à travers la finesse de ciselure d’une tabatière en or signée Louis Métayer en 1727, portant les poinçons de la ville d’Amsterdam et de l’orfèvre Jean Saint. Elle montre le dieu Pan entouré de bergers (20 000/30 000 €). Comme lui, les satyres n’ont cessé d’être représentés depuis l’Antiquité, allant jusqu’à devenir des éléments décoratifs de mobilier. En écho au faste de l’Ancien Régime, quatre de ces êtres moitié-homme moitié-bouc ont ainsi été façonnés en bronze doré au XIXe siècle, pour enrichir deux armoires-vitrines Louis XIV appartenant à la famille Pomereu d’Aligre. Séparés de ces meubles, ils servent désormais de support à un plateau de marbre campan de l’époque du Roi-Soleil. Du plus bel effet décoratif, cette table basse (15 000/20 000 €) ne manqua pas de séduire Hubert de Givenchy, qui en fit réaliser une copie. Les quatre fauteuils reproduits, ayant appartenu à la même famille, présentent un double intérêt : leur dossier droit octogonal et les cannelures torse de leurs pieds fuselés, caractéristiques du menuisier Sulpice Brizard.

Époque Louis XVI, vers 1780, estampillés S. Brizard. Suite de quatre fauteuils en hêtre, mouluré et sculpté d’entrelacs et de feuillages, garnis de ve
Époque Louis XVI, vers 1780, estampillés S. Brizard. Suite de quatre fauteuils en hêtre, mouluré et sculpté d’entrelacs et de feuillages, garnis de velours de soie rouge, deux à coussins, 96 65 52 cm et 96 65 58 cm. Estimation : 15 000/25 000 
jeudi 23 mai 2019 - 14:30 - Live
Neuilly-sur-Seine - Hôtel des ventes, 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle - 92200
Aguttes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne