facebook
Gazette Drouot logo print

Serge Ivanoff, la vérité toute russe

Le 10 novembre 2021, par Caroline Legrand

Au moment même où la peinture réaliste russe est mise à l’honneur au Petit Palais avec une exposition consacrée à Ilya Répine, s’invite dans le Pays basque son compatriote Serge Ivanoff.

Serge Ivanoff, la vérité toute russe
Serge Ivanoff (1893-1983), Le Vieux Violoniste, 1945, huile sur toile signée et datée, 178,5 76 cm.
Estimation : 6 000/8 000 

Sur le chemin de la modernité, les artistes russes se sont attardés un long moment du côté de la peinture réaliste. Elle leur permet de renouer avec leur propre identité culturelle, leurs paysages, leurs coutumes, mais aussi les grandes figures de leur histoire ou les gestes simples du quotidien. Le portrait fait partie des thèmes fréquemment abordés, et ce, dès la fin du XIXe siècle. Serge Ivanoff est ainsi devenu au siècle suivant l’un des portraitistes russes les plus célèbres. Sergei Petrovitch Ivanoff est né à Moscou, au sein d’une famille de marchands. Après des études à l’académie des beaux-arts de Saint-Pétersbourg, fuyant la révolution bolchevique, il s’exile à Paris en 1922 et y retrouve sa femme et ses enfants, qui l’ont précédé de deux années. Ivanoff voyagera dans toute l’Europe, mais aussi au Brésil ou aux États-Unis, où il vivra dans les années 1950 et 1960. Il s’est fait connaître par ses nombreux portraits de personnalités – Paul Valéry, Arthur Honegger, Eleanor Roosevelt, Edwige Feuillère ou le pape Pie XI comptent parmi ses modèles –, mais aussi grâce à ses dessins publiés durant une vingtaine d’années dans le journal L’Illustration et par ses illustrations de livres. En 1966, il a reçu des mains d’André Malraux la médaille d’or au Salon des indépendants, consécration d’une riche carrière.

Agenda

L'art russe se montrera impérial avec un vibrant portrait de Juif en prière du jeune Alexej von Jawlensky, daté de 1891, connu par des photos d'archives mais perdu durant plus d'une centaine d'années et redécouvert dans une collection bayonnaise (200 000/300 000 € - Voir Gazette n° 38, page 26), mais aussi Le Vieux Violoniste de Serge Ivanoff (6 000/8 000 €). Il seront accompagnés de La Femme Papillon peinte en 1985 par Alexander Sitnikov (3 000/5 000 €) ainsi que d'une loupe de poche en or, fabriquée à Saint-Pétersbourg vers 1890 par l'orfèvre Erik Kolin de la maison Fabergé (même estimation). On admirera par ailleurs une tapisserie de la manufacture de Beauvais vers 1750, sur le thème de L'Enlèvement d'Europe d'après un carton de François Boucher de 1747 (8 00/10 000 €), et les Femmes préparant une fête de village du peintre indonésien du XXe siècle Hendra Gunawan (même estimation).

art russe, armes, militaria, souvenirs historiques, icônes, manuscrits, autographes, décorations, insignes, argenterie, tableaux anciens et russes, tapisseries, collections spécialisées
vendredi 19 novembre 2021 - 14:00 (CET) - Live
8, rue Dominique-Larréa, Z.A. Layatz - 64500 Saint-Jean-de-Luz
Côte Basque Enchères Lelièvre - Cabarrouy
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot