facebook
Gazette Drouot logo print

Vlaminck, l’instinct du paysage

Le 17 novembre 2021, par Sophie Reyssat

Par le jeu de la couleur comme celui de la composition, le peintre reconstruit son sujet.

Vlaminck, l’instinct du paysage
Maurice de Vlaminck (1876-1958), La Seine à Chatou, vers 1914, huile sur toile, 60 73 cm.
Estimation : 60 000/80 000 Adjugé : 76 250 €

Les paysagistes auront la part belle dans cette dispersion d’art moderne et contemporain. Chacun aura son site de prédilection, de la Creuse immortalisée par Armand Guillaumin en 1912 (28 000/ 40 000 €), au Moulin de Sannois peint par Maurice Utrillo en 1952 (50 000/55 000 €), ou encore Chatou avec Maurice de Vlaminck, vers 1914. Le peintre a donné le nom de la petite ville à son école artistique, qu’il a fondée avec son ami le plus proche, André Derain, rencontré en 1900. La période comprise entre ces deux dates a été décisive pour Vlaminck. Marqué par la rétrospective Van Gogh présentée par la galerie Bernheim-Jeune en 1901, l’autodidacte emploie les couleurs pures de manière instinctive et arbitraire, avec une violence qui le classe parmi les fauves du Salon d’automne de 1905. Deux ans plus tard, étant parvenu aux limites des outrances chromatiques, il désire cependant de «revenir au sentiment des choses». Suite à sa découverte de Cézanne, à la faveur de la rétrospective du Salon d’automne, en 1907, il met l’accent sur l’ordonnancement de ses compositions, structurées par des formes simplifiées et des volumes cernés de noir, animant ses sujets par des effets de contrastes lumineux plutôt que par l’intensité de ses couleurs. Cette toile résume à elle seule ce qui fera alors la patte du peintre. Également grand amateur de paysages, Pierre Auguste Renoir a choisi un cadre champêtre pour une Étude de nu peinte en 1887, qui sera proposée autour de 70 000 € (23,2 21,5 cm).

Agenda
Pierre Auguste Renoir, Maurice de Vlaminck et Maurice Utrillo dominent cette vacation. Du premier, on retiendra une Étude de nu datée de 1887 (60 000/80 000 €), du second une vue de la Seine à Chatou peinte en 1914 (60 000/80 000 €) et du troisième une représentation du Moulin de Sannois réalisée en 1952 (50 000/55 000 €), au crépuscule de sa vie. Ils sont suivis de près par le Beaunois Félix Ziem (1821-1911), avec une huile sur toile représentant le Palais des Doges (48 000/50 000 €) dans la lignée des grands védutistes ; Marie Laurencin avec un tableau signé intitulé Élégance (35 000/38 000 €) ou encore Maximilien Luce (1858-1941) avec une vue du moulin d’Ézeaux dans les environs d’Étampes. Pour cette huile signée et datée de 1902, il faudra compter entre 22 000 et 25 000 €. On notera d’autre part un acrylique sur papier de l’artiste de la nouvelle figuration Bernard Rancillac (né en 1931) figurant en 1976 le jazzman américain Yusef Lateef. Entre 10 000 et 12 000 € en sont ici espérés.
dimanche 21 novembre 2021 - 14:00 - Live
Hôtel des ventes du Château, 13, avenue de Saint-Cloud - 78000 Versailles
Osenat
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot