Une collection familiale pile à l'heure

Le 14 octobre 2020, par Sophie Reyssat

Une collection familiale donne sa mesure en dévoilant ses trésors mécaniques, entre art et science.

Louis Duchêne et fils à Genève, début du XIXe siècle, gousset à automates, boîtier en or, paysage suisse émaillé, mouvement mécanique à remontage manuel, échappement à cylindre, balancier plat à trois bras en laiton avec régulateur, un cylindre musical et six paires de lames en acier, diam.  6,2 cm.
Estimation : 50 000/80 000 €

Préciosité, rareté et ingéniosité caractérisent l’essentiel des objets réunis au sein de la collection familiale dispersée ce mardi. Il s’agit principalement d’objets de vitrine et d’instruments scientifiques, comme évoqué dans l’Événement, publié dans la Gazette n° 35 (voir l'article Entre art et sciences, les rouages d’une collection page 12). Avec ses automates, danseurs et musiciens, dont le mouvement est déclenché par une sonnerie, cette montre gousset genevoise de Louis Duchêne et fils en est l’un des emblèmes. Des objets d’art sont également en lice. À elle seule, l’orfèvrerie attirera les regards avec une tabatière en or, argent ciselé et émail, réalisée par Alexandre-Raoul Morel au milieu du XIXe siècle : elle superpose un décor de diamants à une peinture sous verre, pour créer un paysage architecturé animé d’une fontaine (30 000/40 000 €). L’élégance sera de mise avec deux paires de flambeaux en argent ornés de lauriers et de piastres, dus à Robert-Joseph Auguste, principal fournisseur de la couronne jusqu’à la Révolution (autour de 25 000 € chacune). Un vase d’Émile Gallé en forme de lampe de mosquée séduira par sa délicatesse. Il s’orne de cartouches à décors de personnage oriental, de singe et de palais, sous la devise « c’est sortilège que d’aimer » (20 000/25 000 €). Un volet asiatique sera notamment illustré par une collection de douze wakizashi et huit tantô, dont la plus ancienne lame est datée de 1336 (2 000/3 000 €).

Agenda

Le 20 octobre, deux catalogues de ventes répartissent les objets d’une précieuse collection selon leur catégorie. À 14 h 30, les objets de vitrine et les pièces d’horlogerie, emmenés par une montre de Louis Duchêne et une tabatière attribuée aux frères Rochat, toutes deux à automates (respectivement autour de 65 000 et 135 000 €). Suivront des pièces d’argenterie, parmi lesquelles figurent deux paires de flambeaux d’époque Louis XVI par Robert-Joseph Auguste (autour de 25 000 € chacune), et des œuvres asiatiques, dont un ensemble d’armes japonaises composé de vingt tantô et wakizashi (entre 500 et 3 000 €). À 17 h 30, place aux instruments de mesure, du XVIe au XIXe siècle : compas, cercles d’arpentage, cadrans solaires et astrolabes, certains dus à de célèbres facteurs, comme Giacomo Lusuergo et son graphomètre de 1663 (15 000/20 000 €). Globes et maquettes de navires achèveront ce tour d’horizon.

mardi 20 octobre 2020 - 14:30 - Live
Neuilly-sur-Seine - Hôtel des ventes, 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle - 92200
Aguttes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne