Panorama (avant-vente)

Un vase de Claudius Linossier

Le 12 juin 2019, par Caroline Legrand

Une création typique de l’œuvre du dinandier art déco Claudius Linossier (1893-1953), qui renouvela ce domaine en puisant dans les techniques ancestrales tout en inventant des décors nouveaux d’inspiration orientale. Prévu à 5 000/8 000 €, le mercredi 19 juin, à Grenoble, ce vase sphérique, à large col annulaire et base formant un léger talon, est une épreuve en cuivre montée au marteau à décor de frise de cercles concentriques, patinée rouge pour partie et à incrustations d’argent sur fond d’un cailloutis, argent et rouge, patiné au feu. Haut de 17 cm, il provient d’une collection particulière grenobloise. (Sadde Hôtel des ventes de Grenoble. M. Eyraud).

Agenda
Les arts du feu ont connu une véritable révolution aux époques art nouveau puis art déco, grâce à des artistes puisant leur inspiration dans des techniques ancestrales, mais aussi des cultures différentes – notamment orientale et extrême-orientale. Claude Linossier fut de ceux-là. Ce Lyonnais remit en effet au goût du jour la dinanderie en travaillant l'argent et le cuivre par martelage, avant d'offrir à ses vases aux formes épurées un décor bien souvent géométrique. En témoignera un vase sphérique à large col annulaire et décor de Frise de cercles concentriques, présenté avec une estimation de 5 000/8 000 €. C'est le verre qui intéresse le bijoutier, joaillier et maître verrier René Lalique. Grâce à sa production industrielle en série, il chercha à rendre ses créations accessibles à tous. Celui que l'on surnomme le « Rodin des transparences » a créé des pièces en cristal telles de véritables sculptures, poétiques et aux lignes pures intemporelles. Il savait jouer des formes géométriques, comme le prouvera un vase balustre au col annulaire modèle Perruches, créé en 1919, en verre ambre-rouge soufflé-moulé, à décor en relief en partie satiné (6 000/8 000 €). Figuront au programme d'autres lots d'art nouveau comme une toile de Jules Chéret, Sérénade dans le parc (4 500/5 000 €), et une pendule de table de Louis Majorelle modèle Chardons, en acajou sculpté et mouluré (2 500/3 000 €)… mais aussi pour les arts asiatiques une statue de Guandi chinoise du XVIIe, en bronze laqué (5 000/6 000 €).  
mercredi 19 juin 2019 - 07:00
Grenoble - Site de la Bastille, Quai Stéphane-Jay - 38000
Sadde Hôtel des ventes de Grenoble
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne