Hartung et Ufan, l’art du geste

Le 15 décembre 2017, par Sophie Reyssat

L’abstraction prendra une nouvelle fois bien des apparences à Versailles.

Hans Hartung (1904-1989), T-1952-45, huile sur toile signée et datée 1952, 50 x 65 cm, détail.
Estimation : 200 000/300 000 €

Habitué de la maison, Hans Hartung sera ainsi évoqué par cette œuvre réalisée en 1952 – l’année où le musée de Bâle consacre une rétrospective à l’artiste –, dont la puissance expressive est inversement proportionnelle à la taille : «Le trait même exprime la force du lion ; le trait lui-même – en lui-même, et non ce qu’il représente ou ce qu’il montre – devient une expression et un signe plastique chargé d’émotion. C’est cela qui a été complètement libéré en moi et qui m’a donné le courage de suivre mes propres tendances, ma propre volonté inconsciente», explique Hartung. Si le geste est également à l’origine du travail de Lee Ufan, il est circonscrit à une toute petite partie de la toile. L’artiste en revendique la simplicité. Il l’exécute tout en retenue, l’inscrivant dans la durée en renouvelant trois ou quatre fois le cycle de son geste, avant que son œuvre ne soit prête à créer des interactions avec l’espace qui l’entoure. En témoigneront deux tableaux de ce peintre rare sur le marché français, proposés entre 200 000 et 300 000 €. Site avec 2 personnages vous sortira de votre méditation : dans cet acrylique de 1981, appartenant à la série des «psycho-sites», Jean Dubuffet a enfermé ses silhouettes dans des cellules environnées d’une débauche de couleurs (180 000/200 000 €). Celles-ci seront également au rendez-vous avec le triptyque de Bernard Rancillac, déclinant les bananiers de Cuba nuit et jour sous des pendules électriques, fixées sur chacun de ses panneaux de Plexiglas sérigraphiés. Ce paysage sérié, provenant de la collection de l’artiste, sera accessible autour de 90 000 €. En hommage à César, dont la rétrospective vient d’ouvrir ses portes au Centre Pompidou, trois personnages de bronze soudé à patine dorée seront proposés, dans une fourchette de 8 000 à 80 000 €.

 

Lee Ufan (né en 1936), Dialogue, 2008, huile et pigments minéraux sur toile signée et datée, contresignée, datée et titrée, 182 x 227 cm.E
Lee Ufan (né en 1936), Dialogue, 2008, huile et pigments minéraux sur toile signée et datée, contresignée, datée et titrée, 182 x 227 cm.
Estimation : 250 000/300 000 €
Agenda

Si les estimations débuteront autour de 200 € avec Pichette, deux Dialogue de Lee Ufan seront accrochés près des habitués de la maison de ventes, comme Hartung, avec T-1952-45, proposé dans la même fourchette d'estimation, soit 200 000 à 300 000 €. Dubuffet, cherchera lui aussi à faire sensation, grâce à Site avec deux personnages, un acrylique sur papier marouflé sur toile de 1981 (180 000/200 000 €). L'incontournable Chu Teh-chun sera de la partie avec une œuvre de 1984 adoptant les couleurs d'un coucher de soleil (150 000/200 000 €). La figure humaine fera son apparition avec Fautrier et son Nu de 1926, ou encore Adami titrant son acrylique peint vers 1976 Mies Van Der Rohe à Chicago.

dimanche 17 décembre 2017 - 02:30 - Live
Versailles - 3, impasse des Chevau-Légers - 78000
Versailles Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne