facebook
Gazette Drouot logo print

Ingres, le génie de la ligne idéale

Le 18 décembre 2019, par Caroline Legrand

Ses talents de dessinateur en ont fait l’un des artistes les plus prisés de son temps et, aujourd’hui, la référence de l’art néoclassique. Avec cette étude, Ingres nous prouvera une nouvelle fois la virtuosité de son coup de crayon.

Ingres, le génie de la ligne idéale
Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867), Études de figures, crayon noir, quatre feuilles collées sur un montage de taille, signé «Ingres», 35,5 41,5 cm.
Estimation : 40 000/50 000 

Pour Jean Auguste Dominique Ingres, «le dessin est la probité de l’art». Artiste sans compromis, il a ainsi basé tout son travail sur cette technique éminemment exigeante. Chacune de ses œuvres est ainsi précédée d’un nombre important d’études et esquisses, servant à s’approcher un peu plus de la perfection tant convoitée. Ainsi ces Études de figures sont-elles un travail préparatoire à sa composition Jésus parmi les docteurs, commencée en 1842. Une version intermédiaire nous est connue au travers d’une gravure de Réveil de 1851. Achevée en 1862, la peinture est aujourd’hui conservée au musée Ingres de Montauban. Notre dessin est en fait constitué d’un montage de quatre feuilles, la première étant l’étude de la figure drapée de Jésus, la deuxième celle d’une autre draperie, et les deux dernières  collées l’une à l’autre  figurant le docteur de la Loi, situé à gauche du Christ. Les visages, sensibles et délicats, parfaitement retranscrits en quelques coups de crayon, les vêtements aux plis travaillés afin de leur donner texture et mouvement… Ingres est en pleine possession de son art. Bien qu’il avouât préférer ses grandes compositions religieuses ou allégoriques, il était conscient de la qualité de son travail de dessinateur et légua à sa mort, le fonds de son atelier ainsi que 4 507 dessins de sa main au musée de Montauban. Adoré en son temps pour ses portraits dessinés, que la bourgeoisie française et anglaise s’arrachait, il reste aujourd’hui dans les mémoires comme le maître incontournable de la ligne, s’opposant à celui de la couleur qu’était Delacroix. Même les artistes modernes tels Degas, Renoir ou Picasso l’encensent pour «la simplification des formes et la pureté du trait» (selon les mots du père du cubisme).

Agenda
Les amoureux de dessin ne manqueront pas ce rendez-vous normand et se disputeront, à 40 000/50 000 €, une production au crayon noir de Jean Auguste Dominique Ingres, constituée de quatre feuilles collées sur montage de taille : des Études de figures, préparatoires à l'œuvre intitulée Jésus au milieu des docteurs, conservée au musée Ingres de Montauban (voir Gazette n° 44 page 92). À ses côtés aux cimaises, nous remarquerons une toile abstraite d'Alfred Manessier, intitulée Le Bignon et à envisager à 10 000/15 000 €. Du reste de ce sommaire, nous mettrons en avant un bracelet articulé, en or gris, agrémenté d'une ligne de vingt-neuf diamants ronds sertis clos en chute (8 000/12 000 €), et un buste en bronze de Jean-Baptiste Carpeaux, Le Génie de la danse, acquis au XIXe siècle par une famille valenciennoise proche de l'artiste, et demeuré par descendance jusqu'à ce jour au sein de celle-ci (4 000/6 000 €). 
samedi 11 janvier 2020 - 14:00
163, square Maupassant - 76400 Fécamp
Chalot & Associés - Fécamp
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot