Gazette Drouot logo print

Mai-Thu, l’amour du travail bien fait

Publié le , par Caroline Legrand

Le point commun entre cette peinture sur soie de l'artiste vietnamien Mai-Thu et une impressionnante plaque en ivoire sculptée au XIXe siècle ? Une technique parfaitement maîtrisée.

Mai Trung Thu, dit Mai-Thu (1906-1980), Les Deux Sœurs, 1942, encre et gouache sur... Mai-Thu, l’amour du travail bien fait
Mai Trung Thu, dit Mai-Thu (1906-1980), Les Deux Sœurs, 1942, encre et gouache sur soie, signée, cachet de l’artiste et date, 34,9 68,7 cm.
Estimation : 50 000/60 000 

Les collectionneurs le savent, la cote du peintre vietnamien Mai-Thu est au beau fixe ! Pour preuve, le 27 octobre dernier à Toulouse, l’adjudication à 231 250 € de l’encre et couleurs sur soie Jeunes filles au miroir, mais aussi les prix enregistrés en Asie ces derniers mois. Des résultats qui le consacrent parmi les peintres de son pays les plus recherchés. Son secret ? Une peinture douce et harmonieuse décrivant des scènes de la vie quotidienne dans un Vietnam rêvé. Une manière reconnaissable entre toutes, qui doit également beaucoup à la technique sans faille de cet artiste fidèle à la peinture sur soie, dont il a lui-même mis au point un procédé de lavages et frottages successifs, expliqué lors d’un film qu’il a réalisé en 1948-1949 et présenté à plusieurs reprises à la Cité universitaire de Paris et au musée de l’Homme. Lorsqu’il signe cette composition, en 1942, Mai-Thu a quitté son pays depuis déjà cinq ans. Mais la guerre le rattrape et, en homme de conviction, il s’engage comme volontaire en 1940. Il sera démobilisé en 1941 et passera quelque temps à Mâcon avant de reprendre rapidement le cours de sa carrière, déjà très prometteuse. Celle-ci se déroule à Paris, mais aussi à Alger, où il est invité à exposer en 1942 par le gouverneur général, avec son ami et compatriote Lé Phô. Loin de la tendresse de ces Deux sœurs, et annoncée pour sa part à 15 000/25 000 €, une plaque en ivoire, sculptée probablement à Dieppe dans le dernier tiers du XIXe siècle, développe sur 133 cm de largeur et 36 de hauteur une impressionnante scène de guerre. Cette dernière ne nous est pas inconnue puisqu’il s’agit de la Bataille d’Arbelles, représentée dans le tableau de Charles Le Brun conservé au musée du Louvre. On y voit les armées d’Alexandre le Grand et du roi perse Darius III se faire face. La violence des combats est parfaitement rendue par le mouvement et la profondeur des plans donnés à la matière par le sculpteur. Ce dernier, au talent certain à la vue des expressions différenciées de chaque personnage, mériterait d’être identifié !

Agenda

En tête d'affiche d'un programme pour le moins éclectique figureront aussi bien une peinture sur soie de l'artiste vietnamien Mai-Thu, Les Deux Sœurs (50 000/60 000 €), qu'une bague en or jaune accompagnée d'un diamand rond taille brillant sur papier de 4,25 ct, de couleur G et pureté VS1 (35 000/40 000 €). Nous attirerons encore votre attention sur une importante plaque en ivoire finement sculptée représentant la Bataille d'Arbelles, inspirée du tableau de Charles Le Brun conservé au musée du Louvre et issue d'un travail du dernier tiers du XIXe, probablement dieppois (15 000/25 000 €). O y ajoutera une paire de cabinets de voyage XVIIe à riche décor d'écaille teintée de rouge et plaques d'ivoire, gravées de scènes cynégétiques (7 000/12 000 €), et un dessin de Keith haring au feutre noir sur papier, Trois personnages acrobates, de 1988 (8 000/10 000 €). 

mercredi 16 décembre 2020 - 09:30 (CET) - Live
136, quai des Chartrons - 33300 Bordeaux
A.Blanchy | E.Lacombe - Bordeaux Chartrons - Bordeaux Enchères
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot