Gardien de l’âme

Le 04 mai 2021, par Vanessa Schmitz-Grucker

Cette sculpture fang-ntumu fait partie des sculptures religieuses, et autres masques d’esprit, redécouverts par des artistes comme Picasso au début du XXe siècle, caractéristiques de l’Afrique équatoriale atlantique.

Sculpture fang-ntumu, bois et laiton, XIXe siècle, 42 cm.
Estimation : 80 000/120 000 

Cet objet daté du XIXe siècle a été collecté par Pierre-Henri Christen, un missionnaire suisse présent au Gabon dans les années 1920. Les Ntumus sont un groupe ethnique du peuple Fang, essentiellement répartis au nord du Gabon, à la frontière du Cameroun et de la Guinée équatoriale, principalement dans la vallée du Ntem. Dans le domaine de l’art africain traditionnel, leurs pièces, qui forment un ensemble stylistique homogène, sont très appréciées des musées et des collectionneurs : celle-ci fit ainsi partie de la collection de l’expert et galeriste parisien Bernard Dulon, surnommé le « chef de tribu de l’art africain ». Notre effigie est une statue d’ancêtre caractéristique du style fang-ntumu : longiligne, d’une hauteur comprise entre 30 et 80 cm, elle se distingue par des formes simplifiées, un tronc cylindrique, une petite tête au front bombé, coiffée d’une sorte de casque, une bouche qui fait la moue, le tout dans un attitude hiératique et méditative. Le style fang-ntumu se reconnaît aussi à l’utilisation du métal (cuivre, laiton, fer) soit comme élément décoratif, réparti alors sur la coiffure ou les épaules, soit comme élément morphologique. Ici, les yeux sont en laiton. Ses formes moins anguleuses, tout en rondeur, permettent également de la classer définitivement dans ce groupe. Les figures de reliquaires fang sont traditionnellement réalisées en bois clair puis noirci, les plus vénérées enduites d’une décoction à base d’huile de palme. C’est de là que notre sculpture tire son aspect luisant. Cette patine vient témoigner de son importance au sein de la communauté et des pouvoirs protecteurs qui lui étaient attribués, notamment médicinaux, lors des rituels.

Agenda
Pour ses dix ans d'existence, la maison belge mise, entre autres, sur l'art tribal. Des têtes de Nouvelle-Guinée (10 000/15 000 €), des figures kanak (20 000/30 000 €), un masque de la Côte d'Ivoire (17 000/18 000 €) ou encore un masque d'esprit du Nigeria (4 000/6 000 €) devraient contenter les amateurs d'art primitif. Cette session éclectique accueille aussi des lignes verticales au pastel sur papier, signées Hans Hartung (30 000/40 000 €), une étude de têtes par Giacometti (30 000/50 000 €) ou encore une huile d'Anto Carte (15 000/20 000 €). La partie mobilier est tout aussi riche : une lampe murale du moderniste Willy Van der Meeren (25 000/35 000 €), un banc minimaliste du designer danois Finn Juhl (8 000/12 000 €) ou encore une commode jaune vif signée Emiel Veranneman (30 000/50 000 €).
samedi 15 mai 2021 - 19:00 - Live
Native 10 Years - 26-28 rue Américaine - 1060
Native
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne