Gazette Drouot logo print

Bijoux art nouveau au charme féminin

Publié le , par Caroline Legrand

René Lalique a été l’un des grands protagonistes du renouveau de la bijouterie à la fin du XIXe siècle. Une renaissance placée sous le signe de la femme.

Bijoux art nouveau au charme féminin
René Lalique (1860-1945), broche en or jaune et émail céladon, 4,10 3,20 cm.
Estimation : 4 000/6 000 Adjugée : 22 200 €


Par ses ondulations et sa beauté presque végétales, la femme est devenue l’un des motifs privilégiés des artistes de l’époque art nouveau. À cette vision esthétique s’ajoute une émancipation de la gent féminine, gagnée au tournant du XXe siècle et illustrée par le succès de Sarah Bernhardt ou Loïe Fuller. Réalisés en petit nombre, voire uniques, les bijoux adoptent par ailleurs une esthétique totalement inédite, abandonnant les pierres précieuses au profit de matières nouvelles et redécouvertes, tels l’émail, l’écaille de tortue ou la nacre, et la symétrie pour des motifs organiques plus libres. René Lalique fait figure de pionnier en ce domaine. Dessinateur plein de promesses, le jeune homme de 16 ans entre dans l’atelier de Louis Aucoc tout en poursuivant en parallèle des cours à l’École des arts décoratifs. Après avoir étudié pendant deux ans les techniques de joaillerie, il part en Angleterre, au collège de Sydenham, situé dans le Crystal Palace. De retour à Paris, il travaille comme dessinateur de bijoux pour Vuilleret, puis pour Petit, avant de s’installer à son compte. Parmi ses célèbres clients figuraient alors Jacta, Aucoc, Cartier ou Renn. Il reprend en 1886 l’atelier de Jules Destapes. Au succès de l’Exposition universelle de 1889 succéderont des commandes de la Divine, et le scandale médiatique d’une agrafe de style Renaissance ornée d’un nu féminin.

Agenda

Les 355 lots de cette vente mettent la monnaie d’or en vedette. Un lot de cinq pièces de 50 pesos du précieux métal jaune est ainsi estimé à 7 500/8 200 €, tandis que 4 200/4 800 € seront nécessaires pour s’emparer de vingt et une pièces de 20 francs or. L’argenterie est aussi de mise avec une importante soupière en argent (950 millièmes) de forme ovale, posant sur un pied décoré de filets, munie de deux anses latérales se dédoublant et rattachées par de larges palmettes au corps, uni, et au couvercle amovible orné d'une terrasse ciselée de feuilles et d'écailles surmontée d'une prise en forme de fruit. Ce travail parisien de Jean-Charles Cahier datant des années 1819-1838 est accompagné de sa doublure en argent (5 000/6 000 €). Enfin, une broche en or jaune et émail céladon à l’effigie d’une jeune femme de profil, parée d’une longue chevelure au vent et à tête ceinte d’un diadème serti de diamants de taille rose, portant la signature de Lalique, est attendue à 4 000/6 000 €.

bijoux, montres, horlogerie, argenterie, monnaies
samedi 20 novembre 2021 - 14:00 (CET)
7, rue Collin-d'Harleville - 28000 Chartres
Ivoire - Galerie de Chartres (Gody-Baubau - Maiche - Paris - Rivière)
Gazette Drouot
La Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot