Yquem, Petrus, Romanée Conti and Co

Le 15 avril 2020, par La Gazette Drouot

Organisée conjointement par quatre maisons de ventes différentes et dirigée par Cappelaere-Prunaux de Bar-le-Duc, cette dispersion verra défiler sur Internet pas moins de 4 000 bouteilles de grands crus.

Deux bouteilles de Musigny Grand Cru du domaine Faiveley dans leur caisse en bois d’origine, celle de 2010 estimée 2 500 € et celle de 2013 à 1 800 €.

Après les bouteilles estimées à quelques dizaines d’euros s’imposeront de grands crus bordelais, tels plusieurs yquem de 1982 à 2005 évalués à 250/300 € pièce, mais aussi un rare flacon de 1921 de ce prestigieux liquoreux, à envisager à 1 500/2 000 €. Les amateurs de rouge se verront proposer un large choix, comprenant des château-lafite-rothschild de millésime 1975 à 2000, annoncés entre 200 et 700 € pièce, ou encore deux bouteilles du rarissime vin de pomerol dont seulement trente mille unités sont produites par an, qui atteignent une perfection d’élégance et de puissance : le petrus. 1 600/1 800 € sont attendus pour le millésime 1990 et 1 000/1 200 € pour celui de 1996. Après quelques petites bulles de chez Bollinger ou Deutz, on se tournera avec délectation vers les grands domaines de la Bourgogne, en tête desquels cinq bouteilles de musigny du domaine Faiveley, de 2010 à 2013. Rendant grâce à l’incomparable parfum qui fait de ce climat l’un des plus grands crus de la côte de Nuits, leurs estimations s’échelonnent de 1 500 à 3 000 €. A tout seigneur, tout honneur, c’est pour un flacon de romanée-conti de 1979 - du domaine du même nom, recordman des ventes aux enchères avec ses six mille bouteilles produites chaque année seulement, en viticulture biologique – que l’on bataillera au plus haut. 7 000 € en sont demandés.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne