La Grèce, entre science et fantasme

Le 12 mars 2020, par Agathe Albi-Gervy

Vente maintenue. De sa mission en Grèce en 1810-1814, l’archéologue allemand Otto Magnus von Stackelberg rapporte des centaines de dessins et peintures qu’il s’évertuera toute sa vie à diffuser. Un événement à son époque.

Otto Magnus von Stackelberg (1787-1837), La Grèce. Vues pittoresques et topographiques, Paris, Jean-Frédéric Ostervald, 1834, 126 lithographies, 49,5 35,5 cm.
Estimation : 20 000 €

Sous son crayon, la campagne grecque devient le cadre d’une évasion onirique. Pourtant, Otto Magnus von Stackelberg reporte de manière quasi scientifique l’exactitude du terrain et de la flore. Le succès de ce qui devient en 1829 un recueil de gravures est tel que le biographe de son auteur, Gerhart Rodenwaldt, fait de lui, en 1957, le « découvreur du paysage grec ». Le parcours et le dessein de Stackelberg font écho à sa génération, celle des romantiques avides d’aventures et passionnés par l’Antiquité. Fils de colonel germano-balte, destiné à une carrière de diplomate, le jeune rêveur décide de se consacrer à l’art après s’être rendu en Suisse et en Italie. Avec des archéologues et philologues, il entreprend en 1810 un voyage scientifique en Grèce et fonde avec eux, à Athènes, la plus ancienne association internationale d’archéologues : Xénéion. L’année suivante, le groupe dégage le temple d’Aphaïa, vendant sa frise à Louis Ier de Bavière – réitérant ce processus, aujourd’hui condamnable, au temple d’Apollon à Bassae, dont la frise a été achetée par le British Museum de Londres. De ce voyage à rebondissements – jonché d’obstacles de terrain, de maladies et même d’un enlèvement contre rançon de la part de pirates albanais –, Stackelberg rapporte en 1814 des dessins et peintures qu’il s’appliquera pour le reste de sa vie à convertir en gravures et à diffuser. Le présent exemplaire, une édition originale publiée à Paris en 1834 par Jean-Frédéric Ostervald, totalise 126 lithographies. De cette grande rareté bibliophilique, la dernière vente d’un exemplaire complet remonterait, selon la maison Venator & Hanstein, à 2003.

Agenda
AVIS : VENTE MAINTENUE
La Grèce. Vues pittoresques et topographiques d'Otto Magnus Stackelberg est ici représentée par une première édition parisienne de 1834 renfermant 126 lithographies illustrant des paysages de Grèce avec précision et naturalisme – le fruit du voyage effectué par Stackelberg avec un groupe d'archéologues européens (20 000 €). Parmi les gravures anciennes de grande valeur, notons une scène de l'Apocalypse par Albrecht Dürer, de 1511 (20 000 €), et une Résurrection de Lazare par Rembrandt, gravée en 1642 (6 000 €). Par ailleurs, une édition bâloise de 1568 de la Cosmographie universelle, contentant la situation de toutes parties du monde, avec leurs proprietez & appartenances, de Sebastian Münster, offre un exemple du développement de la science des étoiles au XVIe siècle (9 000 €).
vendredi 20 mars 2020 - 17:00
Cologne - Cäcilienstrasse, 48 - D-50667
Venator & Hanstein