Par l’entourage de Joachim Patinir

Le 03 décembre 2020, par Caroline Legrand

Saint Jean-Baptiste nous annonce la venue du Messie dans ce tableau, prétexte au déploiement d’un fantastique paysage dans lequel virevolte l’œil du spectateur.

École flamande vers 1550, entourage de Joachim Patinir (vers 1482-1524), La Prédication de saint Jean-Baptiste, panneau doublé parqueté, 22,6 32 cm.
Estimation : 60 000/80 000 

Réalisée vers 1550, cette peinture provenant d’une collection particulière est donnée à l’entourage de Joachim Patinir. Un nom qui évoque à tous les spécialistes l’éclosion du genre du paysage au début
du XVI
e siècle. Installé à Anvers, le peintre y reçut notamment la visite d’Albrecht Dürer, qui devint son ami ; le génie de Nuremberg réalisa deux portraits de celui qu’il qualifiait de Gut Landschaftmaster (« bon maître paysagiste »). Pour l’expert Stéphane Pinta, « Patinir a poussé le souci du détail, la qualité d’exécution et le rendu des matières à un tel degré qu’il a finalement été assez peu imité ou même égalé ».
Les auteurs les plus probables de cette composition pourraient ainsi être ses élèves, Lucas Gassel ou Herri Met de Bles, mais sans certitude. On retrouve dans cette
Prédication de saint Jean-Baptiste plusieurs éléments typiques des paysages de Patinir ; tout d’abord, la composition en hauteur qui permet d'en voir l'ensemble à vol d’oiseau ; la scène religieuse, souvent tirée chez lui de la Légende dorée de Jacques de Voragine, n’est également qu’un prétexte à se promener dans la nature, un thème au cœur de cette Renaissance durant laquelle on se passionne pour la découverte de terres lointaines et encore mystérieuses. Ainsi la scène du premier plan, avec le personnage de saint Jean-Baptiste vu de dos prêchant devant une foule, se fragmente-t-elle au fur et à mesure que l’on chemine dans le paysage, le regard du spectateur étant tantôt arrêté par les deux impressionnants rochers en forme de coquillage – un aspect minéral très présent chez Patinir –, tantôt happé par les différents chemins menant à des scènes narratives illustrant différents moments de la vie du saint. Devant la porte de la cité, on assiste à la décapitation de Jean-Baptiste, tandis que dans la partie droite, ce sont ses ossements que l’on brûle, un acte à l’origine de nos fêtes de la Saint-Jean. Enfin, au fond, dans le fleuve, a lieu le baptême de Jésus, alors que la colombe venue des cieux descend sur la tête du Christ… D’une minutie exceptionnelle, l'ensemble demeure malgré tout imaginaire, comme en témoigne l’étonnante tour ronde, rappelant celle de Babylone, au-dessus de laquelle semble voler une curieuse sphère noire. Un paysage finalement situé entre un monde féerique médiéval à la Jérôme Bosch et l’univers humaniste de la Renaissance.

Agenda
Cette vente accueillera l'une des œuvres les plus intéressantes de la semaine : un panneau peint par un artiste flamand vers 1550, de l'entourage de Joachim Patinir, sur le thème de la Prédication de saint Jean-Baptiste. Ce paysage d'exception situé entre art médiéval, à la Jérôme Bosch, et celui humaniste de la Renaissance devrait nécessiter 60 000/80 000 € pour déambuler en plein cœur de la Terre sainte comme ces pèlerins. La peinture ancienne sera encore illustrée par le Portrait d'un artiste en veste d'intérieur attribué au maître du XVIIe Claude Lefèbvre (6 000/8 000 €) et une paire de paysages d'Église et temple en ruines d'un artiste de l'école vénitienne du XVIIIe, de l'entourage de Michele Marieschi (4 000/6 000 €). Mentionnons par ailleurs un lustre d'époque Empire de style retour d'Égypte, sans doute issu d'un travail russe : en bronze finement ciselé, doré, amati et patiné, au fût en forme d'amphore à feu et cul godronnés, à pomme de pin en tôle laquée et motifs sur ses bras de lumière de volutes et têtes de pharaon en applique, celui-ci pourrait vous en coûter 8 000/12 000 €. 
jeudi 10 décembre 2020 - 02:15 - Live
Angers - 12, rue des Arènes - 49000
Ivoire - Deloys - de la Perraudière / d’Oysonville
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne