Paul Verlaine, Boris Vian, Michel Legrand...

Le 12 novembre 2020, par Sophie Reyssat

Poètes maudits réunis autour de Boris Vian, personnages historiques et grands musiciens se partagent l’affiche.

Paul Verlaine (1844-1896), Cellulairement, Bruxelles, Mons, 1873-1875, 69 pages petit in-4° sur papier d’écolier à rayures bleues, manuscrit autographe de 32 poèmes, avec une lettre autographe inédite de Verlaine à Sivry illustrée d’un dessin original, plein maroquin taupe, emboîtage (Marius Michel).
Estimation : 80 000/100 000 €

Parmi les huit opus composant l’épisode n° 7 de la dispersion du fonds Aristophil (voir l'article Aristophil VII, des notes et des lettres de la Gazette n° 39, page 12), quatre rendez-vous auront lieu à Neuilly, à huis clos, les 17, 19, 20 et 24 novembre. Le titre du premier, «Boris Vian et les maudits», annonce clairement la couleur : il réunit des auteurs dont la renommée ou la reconnaissance n’est survenue qu’à titre posthume. Près d’une centaine de lots évoquent ainsi le souvenir de celui dont on fête justement le centième anniversaire… Lettres et manuscrits évoqueront diverses facettes de ce passionné de musique, poète insouciant et romancier à scandales. La légèreté sera au rendez-vous avec ses paroles de chansons écrites pour des musiques de Michel Legrand ou d’Henri Salvador, dont le célèbre «Faut rigoler» du «Mambo des Gaulois» (2 000/3 000 €). Pourtant, l’écrivain reste incompris. L’Arrache-Cœur – dont les manuscrits autographes et tapuscrits, de 1951, présentent ici leur premier titre,  Les Fillettes de la reine (10 000/15 000 €) – ne rencontre ainsi aucun succès au moment de sa publication, en 1953. Boris Vian s’évade heureusement dans le jazz. Il a ainsi écrit quarante-cinq chroniques musicales pour la radio américaine WNEW, dont l’ensemble complet est proposé autour de 4 500 €. Incarnation par excellence du poète maudit, Paul Verlaine s’est représenté en paysan lisant une lettre, dans un dessin accompagnant les textes de Cellulairement (voir photo ci-contre), écrits pendant son emprisonnement après qu’il eut blessé Arthur Rimbaud au poignet, d’un coup de pistolet. Un poème autographe de ce dernier «Bonne pensée du matin», ayant justement appartenu à Verlaine, pour lequel il avait été écrit, sera proposé autour de 100 000 €.

Alfred de Vigny et les poètes maudits

Le 12 novembre 2020, par Sophie Reyssat
 

Charles Baudelaire (1821-1867), qui a dessiné un portrait de sa maîtresse Jeanne Duval, proposé autour de 35 000 € le mardi 17 novembre, n’est pas le seul à avoir ressenti le spleen. C’est également le cas du poète Stello : dans ce manuscrit de travail complet d’Alfred de Vigny, pour son roman Les Consultations du docteur Noir. Stello, – écrit en 1831 et 1832, et publié dans la Revue des Deux Mondes en trois livraisons –, les «diables bleus» le harcèlent. Le docteur Noir tente de le guérir en prenant pour exemples les vies tragiques de trois poètes rejetés par la société. Le prix de cette consultation en un volume in-folio ? Entre 100 000 et 150 000 €.

Agenda

Les grands noms de la littérature, les personnages historiques et les musiciens célèbres se partagent les trois premières dispersions des collections Aristophil, respectivement les mardi 17, jeudi 19 et vendredi 20. Une centaine de lettres, manuscrits, traductions, scénarios, livres et chansons évoqueront le souvenir de Boris Vian, dans une fourchette de quelques centaines d’euros à 15 000 €. L’auteur sera accompagné par d’autres écrivains maudits, Baudelaire, Alfred de Vigny, Verlaine, Rimbaud, ou encore Céline. Les documents historiques prendront le relais, avec ceux de personnages aussi emblématiques que Gandhi ou Napoléon, tandis que les carnets du général Robert Duplessis témoigneront du premier conflit mondial vécu sur le terrain (15 000/20 000 €). La musique adoucira les mœurs, en particulier grâce aux compositeurs du XIXe siècle, dont Georges Bizet. Il faudra prévoir environ 45 000 € pour un manuscrit autographe inédit : l’orchestration par le maestro de l’ouverture de l’opéra David Rizzio, d’Hippolyte Rodrigues. Le mardi 24 se penchera quant à lui sur les documents de l’histoire postale. À côté des lettres envoyées par ballons montés, figurent quinze missives transportées dans la valise diplomatique de l’ambassadeur américain à Paris M. Washburne, en 1870 et 1871 (70 000/80 000 €).

mardi 17 novembre 2020 - 14:00 - Live
Aguttes Neuilly - 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle - 92200
Aguttes , Les Collections Aristophil
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne