Un projet inachevé de Gustave Doré

Le 17 mars 2020, par Caroline Legrand

Vente reportée. Gustave Doré était un grand illustrateur. Après Cervantès, Dante, Rabelais, Hugo, Balzac, Poe, et même la Bible, il prévoyait de s’attaquer au colossal génie anglais, Shakespeare.

Gustave Doré (1832-1883), Macbeth dans la grotte des sorcières, vers 1866-1870, technique mixte sur papier, signée, 47 38 cm.
Estimation : 4 000/6 000 

Rien ne lui résistait. L’artiste strasbourgeois a su créer un univers très personnel, qui portera l’illustration vers la modernité. Avec sensibilité, il dessine des scènes d’une expressivité intense, sachant décrire en une image toute la tension dramatique d’une histoire. Dans la mouvance romantique, Gustave Doré a donné naissance à un art novateur et visionnaire. Hélas, une mort brutale, à l’âge de 51 ans, devait mettre fin à cette œuvre qui s’annonçait des plus magistrales. Ce grand travailleur n’a ainsi pas pu mener à bien son projet d’une nouvelle édition du Lady Macbeth de Shakespeare. L’apogée d’une carrière. «Mon intention est de faire du Shakespeare mon chef-d’œuvre ; d’ajouter aux grandes planches indépendantes du texte une foule d’illustrations moindres... Enfin mon idée serait d’annoncer mille dessins – pas un de trop pour un sujet si vaste et puis mille est un chiffre rond et sonore faisant bien dans les annonces et les affiches», écrivait-il à son éditeur anglais Cassel. De ce grand œuvre demeurent de nombreux dessins – dont celui-ci décrivant Macbeth venu à la rencontre des sorcières dans une grotte afin qu’elles lui prédisent son avenir –, six bois gravés parus dans La Semaine des enfants en 1859, puis dans le Journal pour tous en 1862, et quelques bois inédits…
 

Agenda
AVIS : VENTE REPORTÉE
Le peintre bulgare Georges Papazoff s'est installé à Paris en 1924. Bien que n'ayant jamais adhéré au mouvement surréaliste, il s'est distingué avec des toiles au « surréaliste abstrait ». En témoignera une toile vers 1922-1925, Bateau perdant son ancre, présentée avec une estimation de 5 000/7 000 €. Changement de style avec Gustave Doré et une technique mixte sur papier, Macbeth dans la grotte des sorcières, datée vers 1866-1870 et appartenant à un important projet d'illustration n'ayant jamais vu le jour (4 000/6 000 €). Signalons encore le Champs de coquelicots, du peintre provençal René Seyssaud (3 500/5 000 €), mais aussi une table dite Destabilisation n° 1 par François Morellet de la collection ABV 1990-1991, en inox satiné et verni noir et à plateau de verre transparent (2 000/3 000 €).
vendredi 01 mai 2020 - 14:00 - Live
Aix-en-Provence - 210, rue Louis-Armand, Z.I. Les Milles - 13290
Sophie Himbaut