Alain Jacquet : télescopages

Le 19 mars 2020, par Claire Papon

Vente reportée. Attendue sur la deuxième marche du podium cette sérigraphie sur coton d’Alain Jacquet offre une relecture de l’histoire de l’art et met en scène, dans un décor contemporain, la maîtresse du Vert-Galant.

Alain Jacquet (1939-2008), Gabrielle d’Estrées, 1965, sérigraphie sur toile de coton, 114 162 cm.
Estimation : 30 000/40 000 

Cette œuvre fait partie d’un tirage d’une centaine d’exemplaires prévus, mais dont le nombre est probablement moindre. Né à Neuilly-sur-Seine dans une famille bourgeoise, Jacquet signe sa première provocation en 1961 avec Jeu de jacquet, une composition de triangles bleus et rouges sur fond vert. Deux ans plus tard, dans sa série «Camouflage», il superpose deux références, l’une artistique, l’autre issue du quotidien. La Vénus de Botticelli sur son coquillage côtoie des pompes à essence, La Bataille de San Romano de Paolo Ucello disparaît sous une voiture de course et la statue de la Liberté. À partir de 1964, avec sa série «Trames», il détourne quelques icônes de l’histoire de l’art – Olympia de Manet, la Vénus de Vélasquez… – en les mêlant à la société de consommation. Il reconstitue alors l’œuvre avec des modèles et des amis dont il fait des photos qu’il agrandit, brouillant les pistes en juxtaposant divers fragments. Difficile de ne pas reconnaître, dans cette œuvre contemporaine, le portrait présumé de Gabrielle d’Estrées et de sa sœur la duchesse de Villars, réalisé vers 1594 par un artiste de l’école de Fontainebleau, et conservé au musée du Louvre. Alain Jacquet nommait son travail le «mec art» (mecanical art).

Agenda
AVIS : VENTE REPORTÉE
Une grande gouache (51 x 68 cm) de Georges Jules Victor Clairin d'inspiration orientaliste, Caravane de mariés dans le désert (vers 1895) (8 000/12 000 €), Deux tigres marchant (fusain) de Paul Jouve vers 1925, 20 000/30 000 €), une étude d'Henri Lebasque pour son tableau du Petit Palais, L'Été au Cannet, Mariette endormie (12 000/15 000 €), et une scène de plage d'André Hambourg, Midi à Trouville (10 000/15 000 €) sont parmi les œuvres à retenir. Les deux plus belles batailles d'enchères toutefois devraient récompenser une sérigraphie d'Alain Jacquet de 1965, Gabrielle d'Estrées et l'un des huit exemplaires du bronze de César, Nu de la Belle de mai (1957, h. 97 cm), fondu en 1980 par Bocquel. Leurs estimations respectives ? 20 000 à 30 000 € et 40 000/60 000 €.
vendredi 01 mai 2020 - 14:00 - Live
Salle 16 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Yann Le Mouel