Gazette Drouot logo print
Lot n° 39

MASERATI

Abonnez-vous pour connaître le résultat
Estimation : Réservé aux abonnés

Mexico 4.2
1969
Maserati avait abandonné la compétition en 1957 pour se
lancer dans la construction de voitures de Grand Tourisme
en série, sous l’égide de la famille Orsi, qui avait
repris la marque aux frères Maserati, partis fonder Osca, et en assurait
désormais la direction. Les première Maserati de série, les
coupés et cabriolet 3500 GT, n’étaient plus construites à l’unité
comme les A6G 2000 du début des années 1950, et avaient
d’emblée connu un bon succès. La gamme Grand Tourisme
s’était étoffée vers le haut avec les très exclusives 5000 GT équipé
d’une version « civilisée » du V8 de compétition de la 450 S.
Ce V8 à quatre arbres à cames en tête, encore édulcoré et raffiné,
allait trouver place sous le capot des berlines Quattroporte en
1963 et des grands coupés quatre places Mexico, dévoilée au
Salon de Turin en 1966. Cet imposant coupé Grand Tourisme
dont la carrosserie était due à la carrozzeria Vignale, qui allait
devenir le carrossier attitré de Maserati, avait dit-on d’abord
été conçue pour un client privé du carrossier. Elle arborait des
lignes élégantes, mais très discrètes avec des volumes classiques.
Maserati, qui cherchait une remplaçante à la 5000 GT, décida
de la construire en série. La Mexico reprenait le soubassement
de la berline Quattroporte contemporaine, à l’exception
de son pont De Dion, remplacé par un essieu arrière rigide, avec
une suspension avant indépendante à double triangulation, des
freins à disque aux quatre roues, une boîte ZF cinq rapports en
série, la transmission automatique étant proposée en option. Elle
était équipée du moteur V8 4,7 litres (93,9 x 85 mm) de 290 ch
(type 112) de la Maserati Quattroporte qui lui conférait une
vitesse de pointe de 240 km/h. Une version plus économique,
équipée du V8 4,2 litres (88 x 85 mm) de 260 ch (type 112/1)
fut également proposée, évidemme

Titre de la vente
Date de la vente
Localisation
Opérateur de vente