Lot n° 4

CORNEILLE (Pierre).

Vente terminée
Andromède. Tragédie. Représentée avec les Machines sur le Théâtre Royal de Bourbon. Rouen, Laurens Maurry, 1651. Et se vendent à Paris, chez Charles de Sercy. In-4, maroquin rouge, triple filet doré, dos orné, dentelle intérieure, tranches dorées (Honnelaître).
Première édition illustrée, publiée quelques jours après l'originale in-12.
L'illustration, gravée en taille-douce par François Chauveau, comprend un frontispice et 6 remarquables planches dépliantes gravées d'après les décors de Giacomo Torelli.
Commandée par le cardinal Mazarin, Andromède fut la première tragédie à machines de Corneille et fixa les principes esthétiques du théâtre à machines en France, dont la vogue fut exceptionnelle dans les années 1650-1670
Mazarin, qui avait apporté d'Italie le goût de l'opéra et des représentations à grand spectacle [...] eut alors l'idée de monter un opéra français, dont les vers fussent écrits par le plus grand poëte de l'époque ; il désigna Corneille pour le composer. Le poëte n'eut pas le choix du sujet, qui lui fut probablement imposé par le cardinal. Il s'agissait d'utiliser les décorations et les machines exécutées sous la direction de l'Italien Torelli, pour le ballet d'Orphée, et l'on ne pouvait mettre sur la scène qu'un grand spectacle mythologique (Picot, p. 60).
La pièce fut représentée pour la première fois en janvier 1650 sur la scène du théâtre du Petit-Bourbon.
Bel exemplaire, soigneusement lavé et parfaitement établi. Il est complet des planches qui sont ici intactes et à belles marges, à l'exception du frontispice qui présente une très légère et habile restauration dans la marge extérieure.
Titre de la vente
Date de la vente
Localisation
Opérateur de vente