Lot n° 32
Vente terminée
Résultat : Non Communiqué
Alchimie - L'AGNEAU (David). Harmonie mystique, ou Accord des Philosophes chymiques, avec les Scholies sur les plus difficiles passages des autheurs allégués, desquels les noms sont ès pages suyvantes ; le tout par le s. [David] L'Agneau, d’Aix-en-Provence, conseiller et médecin ordinaire du Roy. Traduit par le sieur Veillutil [pseud. de L’Agneau]. Paris, Melchior Mondiere, 1636.
Petit in-8 de [26]-482-[12]-[2] pp. avec 1 pl. dépliante représentant deux coeurs arcano-mystiques habilement reproduite en fac-similé. Veau brun, dos à nerfs orné (reliure XIXe s. restaurée, avec quelques éléments anciens conservés au dos). Marges courtes avec qqs rares petites pertes de texte par endroits, marges des ff. de tables rongées et restaurées avec pertes de texte. Très nombreuses notes manuscrites anciennes en marges. Il manque le dernier feuillet liminaire remplacé par un feuillet blanc.
Édition originale d'une insigne rareté. Traduction augmentée de l'"Harmonia seu Consensus Philosophorum chemicorum" (1611), recueil raisonné et commenté des textes essentiels de l'alchimie. Curieux et rare, il est le fruit de 22 années de travail assidu au dire de son auteur.
Médecin aixois, diplômé de l'université de Montpellier, David Lagneau ou Laigneau s'installa finalement à Paris en 1610. Pratiquant à la fois la spagyrie et l'astrologie, comme parties intégrantes de l'art médical, il se réfère souvent dans ses ouvrages aux grands maîtres de la tradition hermético-platonicienne. On lui doit certainement la traduction de l'Azoth de Basile Valentin paru en 1624. Dans ce florilège, il vise à montrer que les "philosophes chimiques s'accordent en une seule matière, un seul vaisseau, un seul feu, et une seule opération, et que la diversité des noms ne faict pas que la chose soit diverse". Il cherche aussi à démontrer "qu'un seul livre suffit pour la recherche, cognoissance, et jouyssance de ce qu'on appelle pierre des Philosophes". Ambition pleinement réalisée si l'on en croit Eugène Canseliet, qui écrivait dans Alchimie : "L'étudiant saisira la particulière importance que comporte, pour lui, l'ouvrage majeur de Laigneau, lequel apporte une solution de manière excellente au puzzle compliqué soumis par les auteurs". Laigneau, comme Paracelse, autre médecin, étaient également loués, en particulier pour leur sagacité, par Fulcanelli lui-même.
"Traité alchimique fort curieux et rare avec une double planche gravée d'écussons hiéroglyphiques." Caillet (5978). Dorbon 2437 : "curieux et rare, où il est démontré tout ce qui est nécessaire pour ce que l'on nomme opération de la pierre philosophale".
Titre de la vente
Date de la vente
Localisation
Opérateur de vente