Lot n° 762

NAPOLÉON Ier (1769-1821) Emper…

Vente terminée

L.A.S. « BP », « 9 heures du matin » [fin février ou début mars 1796], à JOSÉPHINE « Madame Beauharnois » ; 1 page ¾ in-8, adresse (papier un peu froissée, quelques légères rousseurs).

Très belle et rare lettre d’amour de Bonaparte écrite quelques jours avant d’épouser Joséphine (9 mars 1796). [Napoléon croyait que Joséphine était riche, et il lui prêtait un crédit politique qu’elle n’avait pas ; d’où ce reproche de Joséphine qu’il ne l’aimait pas pour elle, auquel il répond ici.] « Je vous ai quittée emportant avec moi un sentiment penible. Je me suis couché bien faché. Il me sembloit que lestime qui est du à mon caractaire devoit eloigner de votre pensée la derniere qui vous a agité hier au soir. Si elle predominoit dans votre esprit vous seriez bien injuste Madame et moi bien malheureux. Vous avez donc pensé que je ne vous aimois pas pour vous !!! Pour qui donc ? Ah ! Madame y avez bien songé. Un sentiment si bas atil pu être conçu dans une ame si pure. Jen suis encor étonné moins encor cependant que du sentiment qui à mon reveil ma ramené sans rencœur et sans volonté à vos pieds. Certe il est impossible d’être plus foible et plus degradé. Quel est donc ton étrange pouvoir incomparable Josephine. Une de tes pensées empoisonne ma vie dechire mon ame par les sensations les plus oposées. Mais un sentiment plus fort une harmonie secrette me ratache me ramene et me conduit encor comme un coupable. Je le sens bien. Si nous avons des disputes ensemble je devrois recuser mon cœur ma conscience tu les as seduits ils sont toujours pour toi. [La passion violente biffé] Toi cependant mio dolce amor tu as bien reposé. As-tu seulement pensé 2 fois à moi !!! Je te donne trois baisé un sur ton cœur, un sur ta bouche un sur tes yeux. BP » Cette lettre a été publiée pour la première fois en 1827 dans le second volume des Mémoires d’une contemporaine d’Ida SaintElme. Les nombreuses éditions des lettres de Napoléon à Joséphine suivent le texte de cette publication. Nous en donnons ici un texte conforme à l’autographe.

Provenance : Sotheby’s, Londres 3 juillet 1973 (n° 387) ; Christie’s, Londres 3 juillet 2007, collection Albin SCHRAM (n° 435). 435).
Titre de la vente
Date de la vente
Localisation
Opérateur de vente