Lot n° 7
Vente terminée
Henri Sbonski de Passebon (1637-1691 ?), attribué à.
Le Royal Louis ou le Soleil Royal.
Huile sur toile (rentoilée).
Dans un cadre rectangulaire moderne.
H. 59 x L. 94 cm. Cadre : H. 71,5 x L. 106,5 cm.

Historique
Notre tableau est à mettre en rapport avec une des planches gravées, intitulée « Vaisseau du premier rang portant pavillon d’Admiral », figurant dans le célèbre ouvrage « Plans de plusieurs batimens de mer », publié à Marseille vers 1691, par Henri Sbonski de Passebon, lieutenant des Galères du Roi. Dédié au Duc du Maine, riche de 17 planches gravées par un certain Randon, d’après les dessins de l’auteur, ce recueil renseignait sur les différents profils de navires, des plus importants aux plus menus.
Parmi les deux Vaisseaux-amiral existant au moment de la publication, on trouve le Royal Louis, au Levant (Toulon) et le Soleil Royal, au Ponant (Brest). Fierté de la Marine royale, ces deux monstres de bois, longs de plus de 50 mètres, hauts de plus de 7 mètres, se distinguaient des autres navires en vertu d’un règlement de 1670 : « les seuls vaisseaux le Royal-Louis et le Soleil Royal, auront un château sur l’avant de leur troisième pont ; et à l’égard de tous les autres vaisseaux Sa Majesté défend d’y en faire aucun ». Ils étaient manœuvrés par près de mille hommes et pouvaient compter sur une centaine de canons.
C’est sous le règne de Louis XIV que prend forme, sous la houlette de Colbert, le rêve de Richelieu de doter la France d’une Marine efficace, offrant la « permanence à la mer », outil stratégique de puissance. Dans les années 1680, avec en moyenne plus de 120 vaisseaux de ligne, la flotte française est la première d’Europe et affrontera quatre guerres navales intenses : franco-espagnole (1635-1659), de Hollande (1672-1678), de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697) et de la Succession d’Espagne (1701-1714), contre les espagnols, les hollandais et les anglais.

Lot présenté par M. Pierre-Antoine Martenet.
Titre de la vente
Date de la vente
Localisation
Opérateur de vente