Lot n° 39
Résultat : Non Communiqué
ƒ PENDENTIF MAYA CLASSIQUE RÉCENT, ENV. 550-950 AP. J.-C.
Pierre vert clair et vert pomme jaspée
Hauteur: 6.1 cm. (2⅜  in.)

$3,800-5,900

PROVENANCE
Herbert L. Lucas Jr., Los Angeles
Collection James et Marilynn Alsdorf, Chicago, acquis auprès de ce dernier le 7 novembre 1988
The Los Angeles collector Herbert L. Lucas Jr. and his wife, Ann Lucas, have a gallery named for their family at the Fowler Museum, Los Angeles, to which they donated a renowned collection of ancient Andean ceramics.

Pendentif conique de forme ovoïde en pierre vert pomme et vert clair de diférentes nuances avec quatre trous de suspension, représentant une tête de dignitaire maya sculptée avec vigueur, ornée de bijoux élaborés en perles, et surmontée d'une coife constituée d'une tête de rapace.

MAYAN JADE PENDANT
Of ovoid tapering shape densely carved with the head of a Mayan dignitary wearing elaborate beaded jewelry surmounted by a headdress composed of a raptorial bird's head; in apple green and light green variegated stone, pierced four times for suspension.

PIERRE D'ÉTERNITÉ
Le jade était le plus précieux des matériaux pour les Mayas de la Période Classique. Dénommée précisément jadéite en Mésoamérique, elle était appréciée non seulement pour sa beauté et sa splendeur, mais aussi comme une pierre dotée d'une importance symbolique.
Le jade était rare et provenait d'un gisement unique localisé dans les hautes terres du Guatemala. Il est plus robuste de par sa nature que la néphrite de Chine qui est similaire. Plus résistante que l'acier, la jadéite ne s'écaille pas comme l'obsidienne et le silex, et bien que non dotés d'outils en métal, les artisans de l'Amérique antique ont su mettre en oeuvre une combinaison de techniques de percussion et d'abrasion progressive.
Les productions les plus prisées sont réalisées dans un jade vert pomme et vert émeraude.
Les Mayas ont associé le jade à un certain nombre de valeurs, comprenant les rangs sociaux élevés, la richesse, la royauté, le maïs et le soufle vitalisant de l'âme.
D'un point de vue plus démonstratif, les bijoux en jade copiaient la parure associée à l'une de leurs principales divinités, le Dieu du Maïs, dont les magnifques parures sublimaient les feuilles vertes encadrant les épis de maïs en germination.
Pour les Mésoaméricains, depuis la période des Olmèques, le jade était l'évocation évidente et parfaite du renouveau et de la renaissance.

For the Classic Maya jade was the most precious of substances. Geologically identifed in Mesoamerica as jadeite, it was not only esteemed for its beauty and splendor but also as a stone redolent with symbolic import.
Jade was rare, coming from a single source located in the highlands of Guatemala.
It is harder, than its relative nephrite from China. Tougher than steel, jadeite does not fake like obsidian and fint and without any metal tools, the ancient craftsmen used a combination of time-consuming percussion and abrasion techniques. The more prized works are an apple-colored and emerald green jade.
The Maya imbued jade with a number of meanings including elevated status, wealth, kingship, maize and the vitalizing breath soul. On an emblematic level, jade jewelry copied the fnery associated with one their principal deities, the Maize God, whose magnifcent adornments emulate the luminescent green maize leaves of the sprouting cornstalk.
For the Mesoamericans, going back to Olmec, jade was the perfect tangible metaphor for renewal and rebirth.

Pour enchérir, veuillez consulter la section « Informations de vente » 
Titre de la vente
Date de la vente
Localisation
Opérateur de vente