Lot n° 33
Résultat : Non Communiqué
ƒ DIADÈME SICÁN INTERMÉDIAIRE RÉCENT,
ENV. 1100-1400 AP. J.-C.
Hauteur: 30 cm. (11⅞ in.)

$8700-13000

PROVENANCE
Jean-Eugène Lions (1929-2005),
Saint-Tropez et Genève
Bettina Schwimmer, Chicago
Collection James et Marilynn Alsdorf,
Chicago, acquis auprès de cette dernière le 10 octobre 1983

Diadème en forme de croissant percé de toutes parts sur la bande intérieure pour permettre des accroches et décoré sur la partie extérieure avec des motifs d'oiseaux très stylisés travaillés au repoussé, l'ensemble étant orné sur toute la surface de motifs en pointillé en relief et d'appendices circulaires suspendus.
Le diadème en forme de U fait partie de l'ensemble du masque funéraire Sicán.
Pour un objet similaire, voir Sicán. Ancient Peru Unearthed: L'Or du Pérou antique, 2006: p. 131.

SICÁN GOLD DIADEM
The crescentic plaque repoussé on the exterior band with highly stylized avians, the sheet embossed overall with stippling and ornamented with circular dangle attachments, the inner perimeter pierced overall for attachments.
The U-shaped head piece formed part of a Sicán funerary face mask assemblage. For an example, see Sicán. Ancient Peru Unearthed:
L'Or du Pérou antique, 2006: p. 131.

La Collection de James et Marilynn Alsdorf fait fgure de contribution remarquable dans l'histoire des connaisseurs d'art américains. Progressivement rassemblée tout au long de la seconde moitié du XXe siècle par deux des plus généreux mécènes municipaux et culturels de Chicago, la Collection, incomparable de par son ampleur et sa qualité, met en lumière les formidables prouesses artistiques de l'Homme au fl du temps et au gré de la géographie. Le couple y voit une occasion unique d'exploration, d'aventure et de quête de beauté, depuis les pièces remplies d'oeuvres de sa résidence de Chicago jusqu'aux lointains continents et terres historiques. La logique de collection des époux repose, selon les dires de Marilynn
Alsdorf, sur une volonté simple mais profonde: «Nous recherchons des objets», explique-t-elle, «pour le plaisir des yeux et de l'âme...»
Dès les années 1950 et le début de leur collection, les Alsdorf s'inscrivent en fervents mécènes de l'Art Institute of Chicago, ofrant ou prêtant des centaines d'oeuvres au musée. Longtemps administratrice de l'AIC, Marilynn Alsdorf y occupe le poste de présidente du Conseil des Femmes, tandis que James Alsdorf devient président du musée de 1975 à 1978. Les décennies de générosité du couple envers l'AIC se prolongeront audelà de la mort de M. Alsdorf et jusqu'au XXIe siècle. En 1997, Mme Alsdorf fait don à l'AIC de quatre cents oeuvres d'art d'Asie du Sud-Est, un legs signifcatif salué par l'exposition majeure A Collecting Odyssey: Indian, Himalayan, and Southeast Asian Art from the James and Marilynn Alsdorf Collection. Moins de dix ans plus tard, elle réalise un autre don conséquent en soutenant la construction des galeries Alsdorf d'art indien, d'Asie du Sud-Est, himalayen et islamique, un espace saisissant conçu par Renzo Piano qui fait le pont entre le bâtiment de Michigan Avenue et l'aile moderne du musée.

The Collection of James and Marilynn Alsdorf represents a notable achievement in the history of American connoisseurship.
Steadily acquired throughout the latter half of the twentieth century by two of Chicago's most important civic and cultural patrons, the Collection is unparalleled in its breadth and quality, illuminating the remarkable feats of human artistry across time and geography.
For the Alsdorfs, collecting represented a unique opportunity for exploration, adventure, and the pursuit of beauty, extending from the art-flled rooms of their Chicago residence to distant continents and historic lands. The couple's philosophy of collecting, as Marilynn Alsdorf explained, was simple yet profound: “We looked for objects,” she said, “to delight our eyes and souls....”
From the 1950s, the Alsdorfs were especially ardent patrons of the Art Institute of Chicago, gifting or lending hundreds of works to the museum commencing in the earliest days of their collecting. A longtime AIC trustee, Mrs. Alsdorf served for a time as president of the museum's Women's Board, while Mr. Alsdorf served as AIC chairman from 1975 to 1978. The couple's decades of generosity toward the AIC would extend past Mr. Alsdorf's death and into the twenty-frst century. In 1997, Mrs. Alsdorf presented the AIC with some four hundred works of Southeast Asian art, a transformative bequest celebrated by the landmark exhibition A Collecting Odyssey: Indian, Himalayan, and Southeast Asian Art from the James and Marilynn Alsdorf
Collection. Less than a decade later, Mrs. Alsdorf made yet another monumental gift when she supported the construction of the Alsdorf Galleries of Indian, Southeast Asian, Himalayan, and Islamic Art, an arresting Renzo Piano-designed space bridging the museum's Michigan Avenue building and Modern Wing.

Pour enchérir, veuillez consulter la section « Informations de vente » 
Titre de la vente
Date de la vente
Localisation
Opérateur de vente