Lot n° 76
Bidding closed
Assiette en émail peint en grisaille avec rehauts de rose pour les carnations, de rouge, de bleu et d'or illustrant le mois de novembre avec la représentation de la mort du cochon accompagnée du signe zodiacal du Sagittaire dans une nuée; inscription en haut à gauche NOVEBRE; blason à la partie inférieure que l'on pourrait décrire ainsi écu d'azur au lion d'or rampant contre une tour maçonnée et crénelée de sinople au chef d'argent chargé de cinq mouchetures d'hermines , surmonté d'un heaume grillé d'argent; aile ornée de rinceaux géométriques stylisés; revers, rosace à huit pétales dans un médaillon entourée de cuirs découpés, de masques à draperies, de grappes de raisins, de fruits et de feuilles.
Limoges, attribuée à Jean Court dit Vigier, vers 1560 (quelques restaurations essentiellement sur le pourtour de l'aile, usures à la dorure)
D_18,5 cm
Provenance: Vente Bourg-en-Bresse, Me Kohn, 19 novembre 1989, n° 138.
Collection particulière, Paris
Cette assiette est à rapprocher de plusieurs autres assiettes appartenant des séries très proches, illustrant les douze mois et signes du zodiaque. On peut voir ces assiettes dans différents musées: six au musée du Louvre (inv. R 277, MR2432, R 280, MR R 173, MR 2436, MR 2435, MR 2434), une au Taft Museum de Cincinnati (inv. 1931-301), une au Museum of Art de Toledo représentant Janvier (Ohio, inv.69.289), une également au musée des Beaux-Arts de Lyon.
Elles sont toutes de même dimension, d'un diamètre avoisinant 18,5 cm, à la différence d'autres séries aux pièces légèrement plus grandes; certaines portent des armoiries et sont monogrammées ICDV ou IC, d'autres non; elles ont en commun de puiser leurs illustrations à une même source iconographique qui n'a pas été identifiée, antérieure à la série des mois d'Etienne Delaune (1568) puisque des assiettes de Pierre Reymond au même décor sont datées 1559 et 1560. Celle de cette collection parisienne est très semblable à l'assiette de novembre R 280 du
Louvre, la hache reposant au premier plan en moins afin de laisser libre ici la place du blason ce qui fait penser qu'elle est dès l'origine le fruit d'une commande (fig.a); le revers est par contre quasiment identique à ceux de MR R 173 (fig.b).
Ouvrages consultés: Verdier, Bulletin des musées lyonnais, II, 1987, p. 11; S. Baratte,
Les Émaux peints de Limoges, Musée du Louvre, catalogue, Paris,2000, p. 320-326.
Auction's title
Auction's date
Auction location