Lot n° 12
Sale completed
[LEPAGE].
DICTIONNAIRE ANECDOTIQUE DES NYMPHES DU PALAIS-ROYAL Et autres Quartiers de Paris, par un homme de bien.
Paris : les marchands de nouveautés, 1826. — In-32, 94 x 61 : 124 pp. Demi-maroquin rouge à coins, dos lisse (reliure de la fin du XIXe siècle).

Lacombe, 622. - Gay, I, 905. - Le Catalogue des ouvrages condamnés depuis 1814 jusqu’à ce jour (1er septembre 1827), 1827, p. 26.
Édition originale très rare de ce vade mecum des adresses et qualités des prostituées de Paris, essentiellement du Palais-Royal, composé par Lepage.
L’auteur nous informe que Paris était à l’époque fréquenté par 6000 prostituées, concentrées essentiellement autour du Palais-Royal. Il offre un descriptif assez complet de certaines d’entre elles, en rendant compte non seulement de leurs qualités physiques mais aussi parfois de leurs pratiques. Se rangeant dans le clan des moralisateurs, son dessein en écrivant ce guide, nous explique-t-il dans sa préface, était entre autres de prévenir des dangers des filles de joies pour les enfants : « Que l’on fasse payer une amende aux chefs des hôtels autorisés ; que l’on emprisonne les femmes qui pour un peu d’or, qu’elles ne doivent qu’à l’ignorance d’un enfant ou aux désirs qu’elles ont éveillés en lui, l’entraînent au libertinage ; bientôt nous compterons moins d’hôpitaux, et nous aurons beaucoup plus de tranquillité dans nos familles. Toutes les femmes sont nées avec des faiblesses : celle de l’amour est la plus dominante ; c’est, si je puis m’exprimer ainsi, un fanatisme, qui les rend capables de tout, et la prostitution est trop souvent le remède qu’elles y apportent. O vous que les destins ont rendus pères, et qui craignez pour vos enfans, lisez-leur quelques passages de cet opuscule, ils frémiront, et mon but sera rempli. »
Cet ouvrage parut le 6 septembre 1826 et fut condamné par le tribunal de première instance de la Seine le 15 décembre de la même année. Le Catalogue des ouvrages condamnés depuis 1814 jusqu’à ce jour le signale en ces termes : « Le 15 décembre 1826, le tribunal de première instance de la Seine, en déclarant que le sujet était honteux, a pensé que l’ouvrage ne constituait pas un délit, et il a acquitté l’auteur, qui a consenti à la destruction. »
Bon exemplaire en reliure postérieure. Marges courtes.
Auction's title
Auction's date
Auction location