Gazette Drouot logo print
Lot n° 11

LOUISE DE SAVOIE. Lettre signée...

Subscribe to find out the result
Estimate : Subscribers only

LOUISE DE SAVOIE. Lettre signée « Loyse » en qualité de régente du royaume de France, contresignée par Florimond Robertet en qualité de secrétaire de la Chambre, en charge de la diplomatie française, [adressée à Jean de Selve, chef de la délégation française à Madrid]. Lyon, 20 juin [1525]. 1 p. in-folio, adresse au dos , petites perforations marginales dues au système de clôture. NEGOCIATIONS POUR LA LIBERATION DE FRANÇOIS Ier PRISONNIER DE CHARLES-QUINT APRES LE DESASTRE DE PAVIE. Fait prisonnier sur le champ de bataille de Pavie le 24 février 1525, le roi fut emmené captif à Madrid, et sa libération conditionnée à l’acceptation des exigences démesurées de Charles-Quint. LA REGENTE, LOUISE DE SAVOIE, MERE DE FRANÇOIS Ier, et Florimond Robertet, le chef de la diplomatie, dépêchèrent alors Jean de Selve en Espagne, à la tête d’une délégation comprenant également François de Tournon et Philippe Chabot, pour négocier avec les représentants de l’empereur, le chancelier Mercurino Arborio, marquis de Gattinara, et l’amiral Hug de Montcada. Ses instructions, au regard de l’urgence de la situation, précisaient que tout était négociable, sauf le retour de la Bourgogne aux Habsbourg – mais Charles-Quint demeura inflexible et, par le traité de Madrid, François Ier dut accepter toutes ses conditions. Il fit cependant savoir à Jean de Selve que ses promesses lui avaient été arrachées par la force et qu’il les considérait comme nulles et non avenues. Le roi put rentrer à Paris en mars 1526, et le parlement, présidé par Jean de Selve, refusa donc l’enregistrement de ce traité. « J’ay veu ce que vous m’avez escript par monsr de Lignane [Alessandro di Lignana, conseiller et chambellan impérial, gendre du chancelier Gattinara], et pareillement les lettres qu’il m’a apportees de monsr le chancellier de l’empereur, sur quoy je luy faitz responce telle que vous verrez par icelle que je vous envoye, affin que à vostre arrivee devers l’empereur vous les luy baillez. Et aprés ENTREZ EN BESONGNE AVECQUES LES DEPPUTEZ DUDIT EMPEREUR, et respondez aux quatre pointz principaulx contenuz en sa lettre, lesquelz sont telz que vous trouverez cy-dedens escriptz. Et sur iceulx ENSUYVREZ VOZ INSTRUCTIONS ET CE QUI VOUS A ESTE DIT ICY AVANT VOSTRE PARTEMENT. CAR IL ME SEMBLE QUE C’EST CE QU’ON Y PEUT ET DOIT FAIRE ET LE CHEMYN QU’ON A A TENIR EN CESTE MATIERE, comme vous saurez bien faire. Il y a une autre lettre adressant audit chancellier, par laquelle je luy prie qu’il vueille prendre en main et embrasser ceste paix, laquelle vous luy baillerez pareillement. Et aprés luy porterez toutes les meilleur[e]s et plus honnestes parolles que vous pourrez, luy donnant bien a congnoistre la fiance et seurecté [confiance et sûreté] que j’ay en luy avecques esperance certaine qu’il s’y emploiera, et l’auctorité qu’il a en sorte que les choses prendront bonne et desiree yssue. Et de ce qui vous sera sur le tout dit et respondu et qui sera survenu m’advertirez tousjours et vous me ferez plaisir... » Sur Jean de Selve, voir ci-dessus le n° 5.

Auction's title
Auction's date
Auction location