Gazette Drouot logo print
Lot n° 1518

BRANTÔME (PIERRE DE BOURDEILLE, DIT L'ABBÉ DE...

Estimate :
Subscribers only

Oeuvres. Nouvelle édition, plus correcte que les précédentes. Paris, Jean-François Bastien, 1787. 8 volumes in-8, veau blond moucheté, filet, dents de rat et roulette en encadrement, dos lisse orné, pièces de titre et de tomaison rouge, chiffre en queue, tranches vert pâle (Reliure de l'époque). L'oeuvre de Brantôme († 1614), publiée après sa mort dès 1655, se divise en deux grands ensembles: les Vies des hommes illustres et grands capitaines et les Vies des dames célèbres et des dames galantes, auxquels s'ajoute les Anecdotes sur les duels. L'auteur, peintre de l'ardeur guerrière et de l'ardeur amoureuse, a recueilli les discours, devis, contes, histoires, combats, actes, traits, gentillesses, mots, nouvelles, dits, faits, rodomontades et louanges de tous les personnages qui ont laissé une trace dans l'histoire politique ou militaire depuis cent ans. Avec de la sériosité et de la joyeuseté mêlées ensemble, ainsi qu'il le dit lui-même. Bonne édition, donnée par Bastien, faite sur celle de 1740. Le tome I contient un portrait de Brantôme en frontispice et 8 tableaux généalogiques dépliants (les 4 premiers coupés par la main du relieur). Exemplaire de Joséphine et de Napoléon Bonaparte, portant le chiffre PB (pour Pagerie Bonaparte) et le tampon de la Malmaison. Il est répertorié dans la Notice des livres composant la bibliothèque de la Malmaison, vendus en 1829, sous le n°312. Demeure achetée par Joséphine le 21 avril 1799 auprès de Jacques-Jean Le Couteulx du Molay, riche banquier du royaume, La Malmaison fut sous le Consulat, avec le palais des Tuileries, le lieu stratégique du pouvoir. Napoléon y résida jusqu'en 1804. Après le divorce du couple impérial, en 1809, Napoléon fit don de La Malmaison à Joséphine, ainsi que toutes ses collections. Joséphine y décéda le 29 mai 1814. Saccagé par l'armée prussienne en 1870, le château fut acquit en 1896 par Daniel Iffla, dit Osiris, mécène et philanthrope, qui le rénova à g