Gazette Drouot logo print

Zweiner, Sormani, le XIXe châtelain

Published on , by Anne Doridou-Heim

Les objets d’ameublement du château de Jouac offraient une vitrine aux ébénistes du XIXe ayant choisi de rendre hommage à leurs maîtres du siècle précédent.

Paul Sormani (1817-1877), buffet de style Louis XV en placage d’ébène et bois laqué... Zweiner, Sormani, le XIXe châtelain
Paul Sormani (1817-1877), buffet de style Louis XV en placage d’ébène et bois laqué dans le goût des panneaux en laque du Japon, ouvrant par trois vantaux à décor de paysages lacustres, bronzes ciselés dorés, dessus de marbre brocatelle d’Espagne, 108 160 63 cm (détail).
Adjugé : 130 560 

L’histoire du château de Jouac et de son ameublement par ses propriétaires, le couple formé par René et son épouse Alice Lambert – la fille du peintre anticonformiste Clovis Trouille (1889-1975) –, avait fait l’objet de l’Événement paru en page 15 de la Gazette n° 11 (voir l'article Château de Jouac : éclectisme fin de siècle et réminiscences surréaliste de la Gazette n° 11, page 15). Les noms des plus grands et d’autres moins connus de l’ébénisterie du XIXe, ceux qui se plurent à remettre les productions luxueuses du siècle précédent au goût du jour, en les réinterprétant parfois avec une certaine liberté — ou en les copiant purement et simplement —, y avaient trouvé place. Le tableau était quasi parfait puisque 96 % des 280 lots trouvaient preneur et que l’après-midi se concluait sur le produit de 896 000 €. Paul Sormani dominait la séance avec les 130 560 € de son buffet à ressaut, en placage d’ébène et bois laqué dans le goût du Japon, inspiré du modèle de Martin Carlin (1730-1785) conservé au musée du Louvre. Il était suivi par les 64 000 € du bureau plat de style Louis XV, en bois de placage et richement orné de bronzes dorés, attribué à Joseph-Emmanuel Zwiener (reproduit ci-dessus). Celui-là trouve sa source dans la commode «aux singes» de l’ébéniste du Régent Charles Cressent (1685-1768), visible dans la même institution parisienne. Quant à la commode «aux guerriers» en bois de placage profusément décorée de bronzes ciselés et dorés (95,5 210 80 cm), une réplique de la fin du XIXe de celle de Jean-Henri Riesener (1734-1806) livrée pour la chambre de Louis XVI à Versailles – et aujourd’hui au musée Condé de Chantilly –, elle partait à 33 280 €. L’ordre des choses, royal il va sans dire, était donc respecté à la lettre ! D’un tout autre esprit, la vitrine d’exposition à deux corps ou meuble de collectionneur (272 142 50 cm), fabriquée en acajou et parcourue en relief d’iris et d’ombelles, partait à 6 400 €. Si cette création typique de l’époque art nouveau n’est pas attribuée avec certitude, elle est l’œuvre d’un artisan de l’école de Nancy ayant évolué soit dans l’entourage de Louis Majorelle, soit dans celui d’Eugène Vallin. Elle provenait de Clovis Trouille, une photographie d’époque montrant le peintre adossé devant elle.
 

Attribué à Joseph-Emmanuel Zwiener (1849-1895), bureau plat de style Louis XVen bois de placage marqueté en feuilles, ouvrant par trois ti
Attribué à Joseph-Emmanuel Zwiener (1849-1895), bureau plat de style Louis XV en bois de placage marqueté en feuilles, ouvrant par trois tiroirs, à décor de bronzes ciselés et vernis or de putti, musiciens et chiens savants, 100 200 84 cm.
Adjugé : 64 000 
Tuesday 29 March 2022 - 13:45 (CEST) - Live
Salle 5-6 - Hôtel Drouot - 75009
Mirabaud - Mercier
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 2 Articles.
You still have 1 article(s) left to read.
I subscribe