Vitesse de croisière à Drouot pour les ventes Aristophil

On 02 November 2018, by Vincent Noce

La mise aux enchères des collections de la défunte société Aristophil reprend à la mi-novembre à l’hôtel des ventes parisien, en suivant les principes déjà mis en œuvre l’été dernier.

Alphonse Daudet (1840-1897), Raoul Dufy (1877-1953), Aventures prodigieuses de Tartarin de Tarascon, Paris, Scripta et picta, 1937, in-4°, 207 pp., reliure de maroquin bleu nuit (1949) par Paul Bonet (1889-1971). Vente n° 11, jeudi 15 novembre
Estimation : 15 000/20 000 €

La liquidation de la compagnie Aristophil et de ses collections se poursuit par une troisième salve de ventes. 770 lots sont proposés, pour une estimation basse dépassant les 6,3 M€. L’occasion pour les amateurs et même les chercheurs de découvrir des textes qui sont pour certains inédits et apportent un précieux témoignage de l’histoire de la littérature et des sciences. Comme la précédente, cette session est confiée à une succession de maisons : Ader-Nordmann, Artcurial, Drouot Estimations et Aguttes, dont le commissaire-priseur a été désigné comme chef d’orchestre de cette «mégadispersion», qui prendra une bonne demi-douzaine d’années (voir encadré page 15).

 

Jean de La Fontaine (1621-1695), Jean-Baptiste Oudry (1686-1755), Fables choisies, Paris, Chez Desaint & Saillant, Durand, de l’Imprimerie de Charles-
Jean de La Fontaine (1621-1695), Jean-Baptiste Oudry (1686-1755), Fables choisies, Paris, Chez Desaint & Saillant, Durand, de l’Imprimerie de Charles-Antoine Jombert, 1755-1759, quatre volumes in-folio, reliure d’époque. Vente n° 10, mercredi 14 novembre
Estimation : 30 000/40 000 €


L’ancêtre de l’impôt sur le revenu
Cette semaine s’ouvre sous le marteau de Claude Aguttes, le 14 novembre, par une séance consacrée aux livres anciens. Tous les contribuables seront heureux de l’apparition du plaidoyer du maréchal Vauban pour l’instauration d’un impôt sur le revenu. Le Projet d’une dixme royale sur «tout ce qui porte revenu» aurait pu produire pour le roi «un produit certain et suffisant» selon l’auteur, qui s’est bien gardé de signer publiquement cette proposition radicale impliquant un effacement des privilèges. Cette dîme aurait, explique-t-il dans ce libelle, permis d’éliminer celle du clergé, la taille, les douanes entre provinces et «tous autres impôts onéreux», sans compter la diminution de moitié du prix du sel. Imprimé sans autorisation à quelque trois cents exemplaires à Rouen, l’ouvrage fut interdit le 14 février 1707 par le Conseil du roi et promis à la destruction. Cet exemplaire, l’un des rares ayant survécu (est. 180 000/200 000 €), a été annoté par l’auteur dans les semaines précédant sa mort. Une édition originale de Leila enrichie d’envois autographes de George Sand à Alfred de Musset, aux premiers jours de leur liaison, en 1833, est estimée de 80 000 à 100 000 € ; quatre volumes des Fables de La Fontaine, dédiés à Louis XV, sont illustrés de 275 planches de Jean-Baptiste Oudry, coloriées par une librairie parisienne en 1783 (30 000/40 000€). La seconde section, réservée aux manuscrits et lettres autographes, est marquée par un échange épistolaire entre Jean-Jacques Rousseau et sa protectrice Louise d’Épinay (200 000/250 000 €), ainsi que par un carnet de 240 pages de sa main. Il s’agit de la IIIe partie de la «copie personnelle» de Julie ou la Nouvelle Héloïse, qui avait disparu depuis la vente, à Drouot en 1936, de l’éminente bibliothèque de l’académicien Louis Barthou (les parties IV à VI se trouvent à la bibliothèque de l’Assemblée nationale). L’expert Thierry Bodin y recense neuf cents corrections et modifications, quasiment inconnues avant la résurgence de ce document chez Aristophil (400 000/500 000 €). Dix-huit cahiers de Madame de Staël contiennent son premier jet des Considérations sur les principaux événemens de la Révolution françoise, paru en 1818 après avoir été complété par son fils (300 000/400 000 €). Ader Nordmann prend le relai pour une vente de littérature moderne, qui comprend elle aussi une première partie dédiée aux livres illustrés. Une reliure art déco de maroquin, nacre, laque et coquille d’œuf, œuvre de Pierre Legrain, recouvre une édition d’À rebours, de Joris-Karl Huysmans, illustrée de 220 gravures en couleurs d’Auguste Lepère (50 000/60 000 €). Suivent une édition originale du Bestiaire d’Apollinaire, illustrée par Dufy et reliée par Pierre-Lucien Martin, et une collection complète de la revue de poésie Argile (1973-1981) éditée par Maeght, toutes deux estimées 15 000/20 000 €. La seconde part, consacrée aux autographes, contient les Mémoires d’un fou (1838), récit des premières passions adolescentes de Gustave Flaubert à Trouville (300 000/400 000 €), trente ans avant L’Éducation sentimentale. Elle inclut le manuscrit complet de mise au point des Caves du Vatican de Gide (100 000/150 000 €), provenant de sa fille Catherine, ainsi que deux carnets de Victor Hugo en 1872, au moment de son passage à Guernesey (40 000/50 000 €).


 

Serge Gainsbourg (1928-1991), Je t’aime moi non plus, manuscrit autographe signé [1967], une page in-4° à l’encre. Vente n° 12, vendredi 16 novembre E
Serge Gainsbourg (1928-1991), Je t’aime moi non plus, manuscrit autographe signé [1967], une page in-4° à l’encre. Vente n° 12, vendredi 16 novembre
Estimation : 15 000/20 000 €


Gainsbourg, Hitchcock, Émilie du Châtelet…
La vente la plus originale de la semaine est celle du vendredi 16 novembre, par Drouot Estimations, dévolue au cinéma, au théâtre et à la chanson. On y trouve le premier jet, rédigé en 1937, du scénario de Quai des brumes, que Prévert a adapté du roman de Pierre Mac Orlan (100 000/150 000 €). Cent trente feuillets dessinés par Hitchcock composent le storyboard de Stage Fright (Le Grand Alibi), interprété en 1950 par Marlene Dietrich. Ce recueil de 340 dessins à la mine de plomb (50 000/60 000 €) illustre parfaitement la méthode du réalisateur, qui a croqué chaque plan selon un angle de vue qui sera ensuite fidèlement repris par la caméra. Quatre-vingt-quinze feuillets portent également les dessins angoissants d’Orson Welles pour Le Procès. Beaucoup plus amusant est, le manuscrit d’En avant la zizique… et par ici les gros sous, de Boris Vian (30 000/40 000 €), essai de 1958 dénonçant les travers du milieu musical. Un cahier de Jacques Brel, sur lequel il a notamment reporté sa chanson «Amsterdam», est estimé autour de 45 000 €. Plus torrides, les paroles jetées sur le papier par Gainsbourg pour Je t’aime, moi non plus, qu’il interpréta tour à tour avec Brigitte Bardot et Jane Birkin, dont le refrain fut dénoncé par le Vatican et censuré par les radios françaises et la BBC. Reprenant son imperturbable sérieux, la science ferme ce cortège. Les observateurs suivront de près le résultat de la vente d’Artcurial pour le très important dossier de travail d’Émilie du Châtelet, préparatoire à sa traduction des Principia de Newton (150 000/250 000 €), que Voltaire fit paraître après sa mort sous le titre Exposition abrégée du système du monde. Cette archive, alors partie pour 961 000 €, avait été le lot phare d’une vente, en 2012 chez Christie’s à Paris, de documents de la marquise et du philosophe. Aristophil y avait acquis cinq des dix lots les plus chers. Cette dispersion de textes en partie inconnus avait à l’époque suscité une vive émotion parmi les chercheurs, incitant la BnF à solliciter leur numérisation.
Un testament scientifique
De la main de Newton lui-même, la vacation propose une dénonciation virulente de l’Église catholique, non publiée (15 000/25 000 €). Des réflexions d’Einstein dans les années 1940 sur sa quête des principes unificateurs de la physique composent un autre inédit (50 000/70 000 €). Le premier manuel de géométrie paru en français, dû à Charles de Bovelles en 1511 et dont on ne connaît que quatre exemplaires dans le monde, est estimé 30 000/50 000 €. Un siècle plus tard, la seconde édition, de 1610, des observations de Galilée sur la Lune, les étoiles et les lunes de Jupiter, publiées sous le titre de Sidereus Nuncius (18 000/25 000 €), est illustrée d’une étonnante planche de la Voie lactée sur un fond noir. Une ultime séance, orchestrée par Claude Aguttes, compte la seconde partie dactylographiée du Traité de radioactivité de Marie Curie, considéré comme son testament scientifique (180 000/250 000 €). Vingt-huit lettres de Pierre Curie (40 000/50 000 €) ainsi que des courriers d’Einstein, un télégramme de Pasteur en quête de chiens enragés, ou encore des notes d’égyptologues clôtureront cette semaine de ventes. 



 

Orson Welles (1915-1985), projets, notes et croquis pour les décors de son film Le Procès, 95 feuillets in-4°. Vente n° 12, vendredi 16 novembre. Esti
Orson Welles (1915-1985), projets, notes et croquis pour les décors de son film Le Procès, 95 feuillets in-4°. Vente n° 12, vendredi 16 novembre.
Estimation : 20 000/30 000 €

Des hauts et des bas
Une équipe de huit personnes a été mise en place par Claude Aguttes pour s’occuper de la recension des quelque 130 000 manuscrits, livres et autres documents amassés par Aristophil. Elle a notamment pour mission d’accompagner des épargnants, vivant dans l’espoir – après des années d’attente – de récupérer une fraction de leurs économies, pour beaucoup de l’ordre de 10 à 15 %. Les premières ventes ont offert de bonnes surprises. Mais il reste une masse de documents dont la valeur peut être relative, sur un marché déjà affecté par la disparition de son principal acteur. Pour le moment, Claude Aguttes, qui est chargé de la coordination des ventes à Drouot avec les autres opérateurs engagés, prévoit de maintenir un rythme annuel de deux séries, de cinq à sept ventes chacune, en jouant autant que possible des thématiques susceptibles d’attirer des amateurs (musique, beaux-arts, sciences…). Chaque vacation réunit autour de cent cinquante lots. Il serait difficile d’en faire davantage, compte tenu des moyens humains et en expertise disponibles. «Des choix peuvent être opérés en fonction des situations personnelles, mais il nous faut aussi tenir compte de la rationalité des ventes», explique Sophie Perrine, commissaire-priseur chez Aguttes, qui s’occupe de cette chorégraphie avec le collège d’experts dédiés. Proposer par dizaines des lettres d’Hugo, de Cocteau, d’Huysmans, de Voltaire, de Louÿs ou même de Renoir ou Monet, tous très présents dans ces collections, risquerait d’entraîner un effondrement. La dernière salve de huit ventes, fin juin et début juillet à Drouot, témoignait de cette tension. Elle a rapporté 13,8 M€, pour 658 lots adjugés. 12,8 M€ sont confiés à l’administrateur gérant la liquidation des collections en indivision ; 843 000 € vont aux clients qui avaient acheté des biens en pleine propriété ; enfin, 183 000 € concernent la liquidation du stock propre de la société. La vente Aguttes consacrée aux manuscrits et ouvrages anciens a pris la part du lion en engrangeant plus de 10 M€. Un manuscrit carolingien – le plus ancien connu provenant d’une abbaye –, préempté par les Archives de la Somme pour 104 000 €, avait été payé par Aristophil 142 000 € chez Sotheby’s en 2004. Quatorze préemptions ont été enregistrées. Mais, sur les 1 167 lots catalogués au total, 509 – soit 43 % – n’ont pas trouvé preneur, certaines estimations semblant encore trop hautes. Sur 77 lots proposés sur le thème de l’histoire de l’aviation, pour une estimation basse de 2 M€, Artcurial n’a pu adjuger que quatorze illustrations de Saint-Exupéry, pour 300 000 €. Dans l’ensemble, en revanche, les adjudications confirment les estimations moyennes des experts.

À SAVOIR

Drouot-Richelieu, salle 1 Mercredi 14 novembre, à 14 h
N° 10 - Littérature
Livres anciens, romantiques et modernes, manuscrits et lettres autographes, de Malherbe à Chateaubriand
OVA - Aguttes. MM. Benelli, Bodin.

Jeudi 15 novembre, à 14 h
N° 11 - Littérature
Livres illustrés et éditions originales, manuscrits et lettres autographes des XIXe et XXe siècles
OVA - Ader. MM. Bodin, Busser.

Vendredi 16 novembre, à 14 h
N° 12 - Beaux-arts
Théâtre, chanson, cinéma
OVA Drouot Estimations. M. Oterelo.

Lundi 19 novembre, à 14 h
N° 13 - Sciences
De Galilée à Marie Curie
OVA Artcurial.

Lundi 19 novembre, à 16 h 30
N° 14 - Sciences
De Malebranche à Einstein
OVA Aguttes. M. Bodin.
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe