Gazette Drouot logo print

Van Loo : la naissance tant attendue du Dauphin, fils de Louis XV

Published on , by Caroline Legrand

Louis XV mais aussi la ville de Paris, au travers de son prévôt des marchands, célèbrent l’arrivée du Dauphin avec ce portrait collectif de Jean-Baptiste Van Loo. Une œuvre qui serait un souvenir d’une commande pour l’Hôtel de ville.

Jean-Baptiste Van Loo (1684-1745), Louis XV recevant le corps des échevins de Paris... Van Loo : la naissance tant attendue du Dauphin, fils de Louis XV
Jean-Baptiste Van Loo (1684-1745), Louis XV recevant le corps des échevins de Paris à l’occasion de la naissance du Dauphin en 1729, peinture sur toile. 46,5 73,5 cm (détail).
Estimation : 30 000/40 000 

Adjugé : 70 400 

À l’annonce de la naissance le 4 septembre 1729, de Louis de France, tout le royaume se réjouit de l’événement. Louis XV et Marie Leszczynska accueillent leur premier garçon, précédé, en 1727, des jumelles Élisabeth et Henriette et, un an plus tard, de leur troisième fille Marie-Louise. Le roi n’est âgé que de 19 ans et marié depuis quatre ans seulement. S’il tentait de minimiser ce désir d’avoir un fils, l’attente était grande à la cour. On fête donc comme il se doit l’arrivée du Dauphin – qui ne règnera jamais car il mourra en 1765, soit neuf ans avant son père mais donnera naissance aux futurs Louis XVI, Louis XVIII et Charles X. De nombreuses festivités sont organisées autour de cette naissance, évoquées sur cette toile par, en arrière-plan, un grand banquet, ou encore un feu d’artifice (à gauche). De nombreuses œuvres d’art sont bien sûr commandées à cette occasion. Parmi elles, un important tableau représentant Louis XV recevant le corps des échevins de Paris à l’occasion de la naissance du Dauphin en 1729, commandé par la Bureau de la Ville de Paris et destiné à orner l’Hôtel de Ville, siège du prévôt des marchands, et dont cette peinture présentée prochainement en Mayenne serait un ricordo. Notons qu’une esquisse, d’apparence bien moins finie – les personnages y étant plus ramassés et moins détaillés –, en est conservée au musée Carnavalet (inv. P1760). Notre composition aurait quant à elle pu être commandée au peintre, par un échevin par exemple, afin de conserver un souvenir de cet événement et du tableau original. Une heureuse idée puisque celui-ci a été détruit lors de la Révolution, tout comme un autre portrait collectif réalisé par le peintre Barthélémy au moment de la naissance du Dauphin de Louis XVI, qui était également conservé à l’Hôtel de Ville. La scène se déroule devant une toile figurant un ange qui dépose un enfant dans les bras d’une allégorie de la Royauté. En habit de cérémonie rouge, le prévôt des marchands de Paris, entouré des échevins de la ville, tend une lettre à Louis XV, accompagné de nobles portant le ruban bleu de l’ordre du Saint-Esprit. Responsable de l’approvisionnement de Paris par voie fluviale depuis le Moyen Âge, le prévôt des marchands voit son pouvoir politique grandir au fil des siècles, jusqu’à s’étendre aux travaux publics et aux impôts. Il devient la personnalité la plus importante de la capitale, même s’il défend essentiellement les privilèges de la bourgeoisie parisienne auprès du roi. Ce titre disparut d’ailleurs avec la Révolution, laissant place à celui de maire de Paris. Et l’auteur de cette œuvre ? Jean-Baptiste Van Loo a acquis en 1729 une belle réputation auprès de Louis XV et de sa cour. Il a déjà à son actif le décor du plafond de la salle des machines du Palais-Royal – demeure du duc d’Orléans –, qu’il a réalisé en huit jours seulement, mais aussi deux portraits de Louis XV. Cette composition qu’il a voulue très vivante, à l’opposé des portraits officiels de l’époque Louis XIV, rend bien compte de son talent. Avec ces lustres aux bougies vacillantes, ce rideau qui découvre en arrière-plan une scène de banquet et ces personnages aux expressions variées, Van Loo s’impose comme un grand peintre du XVIIIe siècle rocaille.

Tableaux anciens et modernes, argenterie, bijoux, arts d’Asie, sculptures, bronzes, mobilier et objets d'art, automobile Renault Caravelle 1967
Wednesday 01 June 2022 - 14:00 (CEST)
438, boulevard François-Mitterrand - 53100 Mayenne
Pascal Blouet
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 1 article(s) left to read.
I subscribe