Une toile inédite de Lee Ufan de l’emblématique série «From Point»

On 04 February 2021, by Philippe Dufour

Plus de quarante ans après son exécution, une toile, emblématique des recherches formelles de Lee Ufan, fera sa première apparition sur le marché de l’art.

Lee Ufan (né en 1936), From Point (in Paris) n° 770122, 1977, signé en bas à droite et daté, titré au revers, contresigné et localisé à Paris, pigment orange lié à la colle, apprêt orange clair, sur toile, 64 108 cm.
Estimation : 400 000/700 000 
© Adagp, Paris, 2021

Révélé au grand public en 2019, par une magistrale rétrospective tenue au Centre Pompidou-Metz («Lee Ufan. Habiter le temps»), le travail exigeant de l’artiste coréen revient sous les feux de l’actualité, mais cette fois du côté des salles de ventes. À l’origine de ce véritable événement, l’étonnante redécouverte d’une toile intitulée From Point (in Paris) n° 770122, œuvre qui, en quelques touches de pigment orange, semble condenser toute la pensée esthétique et philosophique de Lee Ufan. Identifiée par Emmanuel Layan dans un grenier de la région de Cognac, à l’occasion de l’inventaire d’une collection de tableaux alors entreposée, la pièce «a connu un destin particulier étroitement lié au parcours intime de son propriétaire», comme le souligne le commissaire-priseur. Une histoire d’amitié qui commence en 1976, lorsque Lee Ufan expose ses toiles à la Spectrum Gallery d’Anvers ; à cette occasion, il fait la connaissance d’un artiste français, auquel le lie bientôt une grande complicité. À tel point qu’en 1979, les plasticiens décident de s’échanger deux de leurs œuvres, et que notre toile (datée de 1977) entre dans la collection personnelle du jeune peintre. Mais, au début des années 1980, le Français met un terme à sa carrière artistique, et range From Point (in Paris) avec ses propres créations, dans sa résidence de Charente. Pendant quarante ans, la composition sera mise entre parenthèses, comme oubliée. Pourtant, la peinture s’inscrit dans l’une des séries les plus emblématiques de l’artiste, baptisée «From Point». Il la déclinera dans les années 1970-1980, s’exerçant à déposer sur le support, touche après touche, un mélange de pigment minéral, d’huile et de colle, comme des points rythmant l’espace vierge… Parallèlement, il développe aussi une série complémentaire, From Line, où les traits s’étendent depuis le bord de la toile, jusqu’à dissolution. L’artiste a justifié cette dualité formelle par un axiome : «Le point, c’est exister. La ligne, c’est vivre» ; il affirme alors son appartenance au groupe d’artistes japonais d’avant-garde Mono-ha («l’école des choses»), qui, confrontant matériaux naturels et industriels, donnent à voir l’interdépendance entre ces éléments et l’espace environnant. Et surtout, Lee Ufan, imprégné de philosophie asiatique, cherche à attirer l’attention du spectateur sur le vide, à travers le cycle d’apparitions et de disparitions du motif répété… puisque, selon ses propres dires, « ce qu’il y a à voir est ce que vous ne voyez pas ».

 

Sunday 20 June 2021 - 02:30 - Live
Hôtel des Ventes de Bordeaux Tourny - 38, rue Lafaurie-de-Monbadon - 33000
Emmanuel Layan & Associés
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe