Gazette Drouot logo print

Une toile de Sanyu, la plus ancienne répertoriée, sort de son coffre-fort

Published on , by Sophie Reyssat

Peinte en 1926 par Sanyu, elle fait partie des rares toiles de ses premières années à Paris, et témoigne de ses débuts prometteurs, remarqués par Henri-Pierre Roché.

Sanyu (1895-1966), Le Maître de piste, Monsieur Loyal, à cheval, 1926, huile sur... Une toile de Sanyu, la plus ancienne répertoriée, sort de son coffre-fort
Sanyu (1895-1966), Le Maître de piste, Monsieur Loyal, à cheval, 1926, huile sur toile signée et datée, 27,2 19 cm.
Estimation : 450 000/600 000 
Adjugé : 450 220 

Peint par Sanyu, Le Maître de piste, Monsieur Loyal, à cheval a appartenu à Henri-Pierre Roché, qui a apposé son monogramme au dos de la toile. Peintre de formation, introduit dans les cercles des artistes d’avant-garde, il a contribué à les faire connaître grâce son entregent, jouant un rôle de premier plan pour l’art moderne en général, et pour Sanyu en particulier. Le cerne dont celui-ci entoure ses figures, bien visible ici autour du cheval, a sans doute attiré l’attention du grand collectionneur, qui a rencontré Sanyu en 1929. Il tombe à point pour l’artiste, qui connaît alors une période de difficultés financières. Le mécène acquiert un nombre conséquent de ses œuvres : pas moins de 600 dessins et 111 peintures à l’huile sont répertoriés dans sa collection en 1932. L’année de réalisation de ce cavalier, 1926, apporte un éclairage nouveau sur son travail, permettant de découvrir que cet adepte de l’encre et de l’aquarelle sur papier s’est intéressé à l’huile avant de rencontrer Roché. Cette œuvre devient ainsi la plus ancienne toile de l’artiste connue à ce jour. Avec son fond neutre, sans décor superflu, ce petit format concentre l’attention sur le maître de piste, qui occupe toute la largeur du tableau. Cette composition sur un seul plan est fidèle aux préceptes de la peinture sur rouleau asiatique. Né dans la province du Sichuan au sein d’une famille aisée, Sanyu – de son vrai nom Chang Yu – a commencé son apprentissage artistique auprès de son père, un peintre animalier spécialisé notamment dans la représentation traditionnelle des chevaux. Ces animaux ont aussi la préférence de son fils, qui a ensuite étudié auprès du calligraphe Zhao Xi, avant d’intégrer l’université de Shanghai. Une fois installé à Paris, il découvre le travail d’autres artistes qui l’inspirent. Ses aplats rappellent ceux de Matisse. Comme lui et Picasso, Sanyu aime souligner les contours de ses sujets par des lignes continues. Il utilise pour cela un pinceau chinois, tandis que Foujita emploie un pinceau japonais. Il expérimente également la couleur, mais sans excès, parant d’une touche rose caractéristique les joues de Monsieur Loyal. Réduit à l’état de silhouette sur sa monture, en revanche détaillée avec soin, il devient l’emblème du cirque — un spectacle unanimement apprécié par la Chine et l’Occident. Également acquise à l’époque par Roché, une autre toile, peinte cette fois en 1927, évoquera le mariage des deux cultures : La Théière jaune (24 14 cm, 175 000/250 000 €). Par ailleurs, dans cette vente consacrée aux peintres d’Asie par la maison Aguttes, sont présentées des œuvres sur papier ayant appartenu à Michel Habart, exécutées alors que Sanyu étudiait à l’académie de la Grande Chaumière. Entrées dans la collection d’un amateur russe résidant en Belgique, il y a près de quatre-vingts ans, elles réapparaissent aujourd’hui sur le marché grâce à son héritier.

Thursday 02 June 2022 - 14:30 (CEST) - Live
Hôtel des ventes, 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle - 92200 Neuilly-sur-Seine
Aguttes
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 1 article(s) left to read.
I subscribe