Un «Plutarque» pour Montaigne

On 08 October 2020, by Philippe Dufour

Découvert à l’occasion d’une expertise, l’ex-libris de Montaigne, premier propriétaire de ce livre, en fait une pièce tout à fait exceptionnelle… Un sésame miraculeux qui devrait, prochainement, déclencher une bataille entre institutions et collectionneurs.

Plutarque (vers 46-120), Les Vies des hommes illustres grecs & romains comparées l’une avec l’autre par Plutarque de Chæronée, in-folio, Paris, Michel Vascosan, 1565, exemplaire réglé, reste de reliure, signature «Mõtaigne» biffée.
Estimation : 30 000 / 40 000 

L’ouvrage, issu d’une collection aquitaine, compte parmi les incontournables que tout érudit de la Renaissance se devait d’avoir dans ses rayons : Les Vies des hommes illustres grecs & romains comparées l’une avec l’autre par Plutarque de Chæronée. Ce dernier, né en Grèce vers 46, et mort en 120, s’est affirmé comme l’un des plus importants penseurs et historiens de la Rome antique. Composées entre 100 et 120, ses fameuses Vies parallèles mettent en regard un personnage illustre – historique ou mythique – grec, et son homologue romain. Ainsi, Thésée est-il associé à Romulus ou Périclès à Fabius Maximus. Quant à la traduction en français, c’est celle, historique, du savant Jacques Amyot, dans une deuxième édition pour notre in-folio imprimé chez Michel Vascosan, à Paris, en 1565. Un livre de référence, donc. Mais cet exemplaire possède, en plus, quelque chose d’extraordinaire : la mention d’un nom illustre qui se laisse déchiffrer en bas de la page de titre, décorée de lignes tracées à la main… Là, on peut lire «Mõtaigne» soit, sans la contraction d’usage, «Montaigne» ! Lorsque l’experte Cécile Perrin découvre l’ex-libris, elle consulte le site Monloe («Montaigne à l’œuvre»), où Alain Legros, membre du Centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours, a répertorié les 105 titres connus de la bibliothèque du philosophe. Elle constate alors la similitude des signatures portées sur ceux-ci avec celle du «Plutarque». Une révélation confirmée plus tard par M. Legros.
Les péripéties d’un ouvrage convoité
Michel Eyquem de Montaigne (1533-1592), on s’en souvient, avait disposé ses chers livres en arc de cercle face à sa table de travail, dans sa célèbre «librairie» nichée en haut d’une tour du château de Saint-Michel-de-Montaigne, en Dordogne. Au sein de sa retraite studieuse, il rédigea une bonne partie de ses Essais sous le patronage des grands penseurs des siècles passés, dont Plutarque, qui fut tout spécialement un modèle pour lui. D’ailleurs, dans cet exemplaire redécouvert des Vies, on relève quelques précieuses annotations de sa main, venant encore authentifier la provenance prestigieuse. Page 27, par exemple, l’écrivain précise : «Ce iugema(n)t de Ha(n)nibal est autrema(n)t recite 267…» Autre élément témoignant de l’attention portée à l’ouvrage : la belle qualité de sa reliure (aujourd’hui en mauvais état) accompagnée de tranches dorées et «antiquées». Mais comme tous ses semblables de la «librairie», le «Plutarque» devait changer de mains après la mort du philosophe. Grâce au deuxième nom inscrit à la droite du prestigieux ex-libris, identifié comme étant celui de Michel Bourriot («A(?)Bourriot»), on peut supposer que l’ouvrage a appartenu à ce conseiller du roi au siège présidial du Bazadais, dans la première moitié du XVIIe siècle. Le gentilhomme, un érudit, n’en devait pas moins biffer d’un trait le nom de son savant prédécesseur !

à savoir
Conférence sur l’ouvrage de Plutarque à la Bibliothèque municipale de Bordeaux,
lundi 12 octobre.
Thursday 15 October 2020 - 14:00 - Live
Bordeaux - 136, quai des Chartrons - 33300
A.Blanchy | E.Lacombe - Bordeaux Chartrons - Bordeaux Enchères
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe