Gazette Drouot logo print

So smart ! Le XK 140 ou la star des cabriolets

Published on , by Philippe Dufour

D’une élégance très fifties, la gamme XK de Jaguar a été créée, à l’origine, pour la compétition. Proposant des bolides à la mode, elle acquiert rapidement ses lettres de noblesse avec cette version «140», en vente bientôt à Rennes.

Jaguar, modèle XK 140 cabriolet, année 1957, châssis n° 818869. Estimation : 140... So smart !  Le XK 140 ou la star des cabriolets
Jaguar, modèle XK 140 cabriolet, année 1957, châssis n° 818869.
Estimation : 140 000/170 000 €

Après la Seconde Guerre mondiale, la firme Jaguar, fondée par William Lyons en 1935, est à la recherche d’un nouveau souffle : elle le trouvera avec la création médiatique d’une gamme d’automobiles sportives destinées à la compétition. Et c’est en octobre 1948, que le prestigieux constructeur britannique dévoile à la presse un coupé «sport», baptisé le XK 120 (ce dernier chiffre indiquant les miles, ou vitesse atteinte). Il est vrai que le moteur innovant de ce véritable bijou a été réalisé sous les directives de William Heynes, le brillant ingénieur maison. D’ailleurs, trois ans plus tard, le 24 juin 1951, ce modèle mythique tient ses promesses en franchissant le premier la ligne d’arrivée des 24 Heures du Mans. Le bolide est aussitôt adopté par les acteurs d’Hollywood, Clark Gable et Mamie Van Doren en tête, mais c’est une autre blonde, la plantureuse Jayne Mansfield, qui sera sa meilleure ambassadrice. Il n’est pas rare, alors, de croiser la star dans les rues de Los Angeles, conduisant à vive allure son XK à l’insolite couleur rose, en compagnie de ses deux chiens favoris, un chihuahua et un danois. En France, Françoise Sagan succombe elle aussi aux charmes du roadster, qui engloutira ses premiers droits d’auteur, ceux de Bonjour Tristesse. Galvanisés par ces exemples prestigieux, les passionnés de vitesse vont s’arracher les 12 000 véhicules qui sortiront des chaînes de fabrication jusqu’en 1955. Cette année-là, changement de cap : Jaguar, s’inquiétant des succès grandissants de BMW et Mercedes-Benz, remplace alors le XK 120 par le XK 140.
Le XK 140, à l’apogée de la gamme
Les améliorations affichées par ce dernier modèle devaient avoir raison de ses rivales germaniques, grâce en particulier à la transmission automatique, disponible en option, et véritable révolution technique pour les véhicules sportifs de chez Jaguar. Notre XK 140, quant à lui, a été mis en circulation le 2 janvier 1957 ; il étincelle de tous les feux de sa carrosserie, à l’impeccable peinture vert foncé typiquement britannique, et forte de quatorze couches ; à laquelle s’ajoute, bien entendu, l’éclat de ses pare-chocs chromés. Équipé de deux places, ce cabriolet pour amoureux mesure tout de même plus de 4,60 m de long sur 1,60 m de large, et s’affiche en parfait état de conservation, car restauré dans les moindres détails en 1991. Ainsi, bois et cuir habillent l’habitacle : sur le tableau de bord et les montants des portières, c’est le noyer vernis qui joue la vedette, tandis que la sellerie refaite à neuf, mais conforme à celle d’origine, affiche un délicat coloris tabac. Pour les roues, des jantes à rayons avaient été choisies, qui remportèrent un grand succès, en particulier aux États-Unis. Le véhicule est bien sûr décapotable, de même que sa variante roadster (alors qu’il existe également une troisième version, un coupé avec toit rigide). Mais l’élément le plus fabuleux se cache sous son capot : un rugissant moteur de 3,4 l de cylindrée qui développe une puissance de 20 cv. Ce qui lui permet de dépasser allégrement les 200 km à l’heure !

Sunday 05 February 2017 - 15:00 (CET)
32, place des Lices - 35000 Rennes
Rennes Enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe