Seurat, la peinture pour passion

On 13 May 2021, by Claire Papon

Belle découverte que celle que nous offre la maison Beaussant - Lefèvre ! Les tableaux de l’inventeur du néo-impressionniste sonten vente publique et ce panneau illustre l’un de ses thèmes favoris : les personnages au travail.

Georges Seurat (1859-1891), Le Pêcheur, huile sur panneau, 16,2 25,2 cm.
Estimation : 400 000/500 000 

Conservé de longue date dans une collection particulière, ce tableau devrait susciter l’intérêt d’un public international. Ce qui est rare est cher… Œuvre à part entière –  et non étude pour un tableau de plus grand format –, ce panneau de Georges Seurat est à rapprocher de figures d’hommes et de femmes au travail mis en scène, à partir de 1881, sur des planchettes de bois qu’il nomme lui-même «croquetons», et qu’il range dans une «boîte à pouce». Au nombre de ces tableautins, des casseurs de pierre, faucheurs, jardiniers, bûcherons, terrassiers, faneuses, ou encore pêcheurs, comme pour notre œuvre, que l’on rencontre aussi sous l’intitulé Balayeur. La façon dont l’homme tient sa canne (la lousse), les deux tas pointus à ses côtés et le peu d’eau dans lequel il est représenté laissent plutôt supposer qu’il s’agit d’un paludier. Comme toujours chez l’artiste, l’attitude est simplifiée, le mouvement en suspens, le personnage représenté de profil. La composition est simple, épurée. Le paludier est au centre de la composition, les oppositions de couleurs claires et plus sombres sont nettes, des cônes de sel au chapeau du personnage. La palette est lumineuse et la touche pointilliste contraste avec les parties du tableau laissées en blanc. Seurat ne s’arrête à aucun détail, ne s’engage pas dans une description des travaux manuels, mais en revanche exalte les métiers humbles et l’effort.
Collection Charpentier
C’est vers 1883 que le peintre se rapproche des bords de rivière et de l’eau, qui va devenir son thème favori. Pêcheurs, baigneurs, promeneurs arpentent les berges de la Seine avec leurs jeux de ligne complexes et leur pointillage minutieux. Et demeurent les œuvres les plus célèbres de cet artiste à la carrière très brève : huit ans séparent son premier envoi au Salon officiel (1883) des derniers au Salon des indépendants, durant lequel il contracte une fièvre mortelle qui l’emporte en quelques jours, à 31 ans. Né à Paris dans une famille aisée, cet homme réservé et d’une curiosité insatiable aura la peinture pour seule passion. En l’espace de sept grandes compositions – dont Baignade, Asnières, Un dimanche à la Grande-Jatte, Poseuses, Cirque… –, il apporte une contribution déterminante à la création de son époque : la méthode divisionniste. Notre tableau a fait partie des collections A. J. Honig, Louis Vaumousse et Albert Charpentier, médecin parisien et grand amateur de peinture moderne. En 1937, il fait don au musée du Louvre de La Seine à Vétheuil, de Claude Monet, en 1951 et 1955 de Anguille et rouget, d’Édouard Manet, et de La Classe de danse, d’Edgar Degas. Le 30 mars 1954, trente-deux œuvres de sa collection sont vendues aux enchères à la galerie Charpentier parmi lesquelles des Cézanne, Matisse, Marquet, Vuillard, Renoir, et un dessin de Seurat, Homme assis, du linge sur un cordeau, adjugé 1 MF (2 274 357 € en valeur réactualisée). Un bon présage pour notre paludier exposé aux galeries Paul Rosenberg, rue La Boétie, en 1936, et Durand-Ruel, avenue de Friedland, en 1934 et 1938.

Friday 28 May 2021 - 15:30 - Live
Salle 4 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Beaussant Lefèvre
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe