Prix Drouot des amateurs du livre d’art

On 14 February 2019, by Sylvie Blin

Cette année encore, le jury du Prix Drouot des amateurs aura fort à faire pour départager les six candidats et désigner le lauréat 2019. Preuve que, malgré les difficultés, les éditeurs continuent à promouvoir le livre d’art.

 


Comment choisir parmi les multiples publications qui, cette année encore, ont embelli les étals et les vitrines des librairies ? Mission difficile, qui oblige à de cruels renoncements pour qui aime les livres d’art, et pas seulement les «beaux livres». Publié chez Flammarion, le Château de Villette est de ceux-là. L’historien Guillaume Picon a consacré la toute première monographie à ce fleuron méconnu de l’architecture française de la fin du XVIIe siècle : François Mansart en a dessiné les plans, son neveu Jules Hardouin-Mansart l’a achevé après la mort du premier. Sous le règne de Louis XVI, la brillante Sophie de Grouchy y épouse le philosophe et mathématicien Nicolas de Condorcet. Deux des plus beaux esprits du siècle des Lumières y imprègnent leur marque, en avance sur leur temps. Guillaume Picon retrace l’histoire de cette demeure du Val-d’Oise, témoin de l’art de vivre du XVIIIe siècle, remise en valeur à Villette par le décorateur Jacques Garcia et superbement mise en images par le photographe Bruno Ehrs (240 pages, 60 €). Avec Napoléon, l’art en majesté, aux Éditions Pierre de Monza, c’est une autre demeure que le conservateur en chef Christophe Beyeler propose d’explorer : le château de Fontainebleau, au travers des collections de l’Empereur. Un ouvrage véritablement scientifique et dense, dont les photographies du regretté Marc Walter, prématurément disparu en 2018, font un très beau livre qui dépasse le seul intérêt napoléonien : on y évoque aussi bien l’épopée du souverain que l’aménagement du château sous son règne, ou encore l’art de la table sous le premier Empire (216 pages, 200 illustrations, 39 €). C’est encore à une éminente spécialiste que l’on doit le passionnant Delacroix, la liberté d’être soi. Directrice du musée Delacroix pendant quatre ans, Dominique de Font-Réaulx s’est plongée dans les écrits du peintre de La Liberté guidant le peuple pour éclairer la personnalité de l’artiste, à la fois célèbre, solitaire, casanier et finalement insaisissable.
 

 
 
 


Après la grande rétrospective du musée du Louvre l’an passé, c’est un autre aspect de la création, plus intimiste, voire secret, qui se révèle ici sous la plume du peintre (Éditions Cohen & Cohen, 580 pages, 400 illustrations, 120 €). Plus modeste par son format, mais tout aussi érudit, le Mucha & l’art nouveau de Philippe Thiébaut permet lui aussi de prolonger l’exposition récemment consacrée à l’artiste tchèque. Historien de l’art et conservateur général honoraire, l’auteur connaît particulièrement bien Mucha et son œuvre pour avoir étudié l’art nouveau tout au long de sa carrière, au musée d’Orsay comme à l’INHA. Joliment éditée et illustrée, cette remarquable synthèse permet aussi de replacer l’artiste  qui vécut longtemps à Paris  dans son contexte aussi bien social et politique que littéraire et artistique. Les nombreuses photographies et documents d’époque permettent d’en restituer l’atmosphère et l’esthétique particulières (Éditions du Chêne, 192 pages, 29,90 €). D’art nouveau encore il est question dans Montparnasse 1900-1930, mais pas seulement. Sous-titré «Art nouveau  Art déco», l’ouvrage couvre une période plus vaste. Spécialistes de l’architecture, Maurice Culot et Patrice Maire passent en revue le quartier parisien, ses nombreux ateliers d’artistes, immeubles, édifices publics ou religieux, et surtout bars, dancings et restaurants dont les enseignes sont restées célèbres : La Coupole, Le Select, La Closerie des Lilas… L’occasion aussi de croiser les grands noms de l’architecture de cette époque  Louis Sue, Henri Sauvage, Michel Roux-Spitz  et d’en découvrir bien d’autres, moins célèbres. Enfin, les photographies de France de Griessen redonnent vie à la grande époque de Montparnasse au début du XXe siècle, cosmopolite, artistique et avant-gardiste. Un quartier qu’ont fréquenté Charles et Marie-Laure de Noailles, et une époque qu’ils ont profondément marquée : c’est ce que rappelle l’important ouvrage des historiens de l’art Stéphane Boudin-Lestienne et Alexandre Mare (voir Gazette n° 43, 2018, page 311). Dix années de recherche et d’exploration dans les archives, correspondances, photographies et témoignages pour retracer en dix chapitres la vie et l’œuvre de deux mécènes exceptionnels, jusqu’au début des années 1970 et dans tous les domaines artistiques : architecture, arts plastiques, cinéma, littérature, musique, mais aussi sciences, ethnographie ou art des jardins (coédition villa Noailles et Bernard Chauveau Édition, 336 pages, 52 €). Fin du suspense le jeudi 21 février, à l’Hôtel Drouot, où le prix sera remis à l’heureux lauréat. Pour patienter, une librairie éphémère accueillera une trentaine d’éditeurs et de nombreux auteurs ce même jour.
 

 
 
À SAvoir
Prix Drouot des amateurs du livre d’art, Hôtel Drouot, 9, rue Drouot, Paris IXe, le 21 février. Librairie éphémère à partir de 11 h et séance de dédicaces de 18 h à 21 h.
COMPOSITION DU JURY
Sous la présidence de Jean-Marie Rouart, de l’Académie française, le jury rassemble :
Patrick de Carolis, directeur du musée Marmottan Monet, président de l’Académie des beaux-arts
Nicolas Chaudun, éditeur d’art et écrivain
Alexandre Giquello, commissaire-priseur, président de Drouot Patrimoine
Adrien Goetz, de l’Académie des beaux-arts, historien de l’art et écrivain
Gilles Martin-Chauffier, journaliste et écrivain
Catherine Pégard, présidente de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles
Patrick Poivre d’Arvor, journaliste et écrivain
Clémentine Portier-Kaltenbach, historienne, journaliste et écrivaine
Véronique Prat, journaliste d’art
Pierre Rosenberg, de l’Académie française
Thierry Sarmant, directeur des collections du Mobilier national, historien et écrivain
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe