facebook
Gazette Drouot logo print

La Gazette Drouot Art et patrimoine - Expositions

Paul Nelson

On 26 October 2021, by Andrew Ayers

Il est le grand oublié de l’architecture moderne française. Né à Chicago, Paul Nelson  (1895-1979) découvrit la France comme aviateur et y revint,…

Paul Nelson
Paul Nelson, Siège de la WGN Broadcasting, projet pour le concours avec Fernand Léger, Chicago, 1938, perspective intérieure de l’auditorium, pastels gras, crayons de couleur et graphite sur calque, 36,5 45,5 cm.
© Paul Nelson © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Georges Meguerditchian/Dist. RMN-GP

Il est le grand oublié de l’architecture moderne française. Né à Chicago, Paul Nelson (1895-1979) découvrit la France comme aviateur et y revint, comme tant d’architectes américains, pour étudier la discipline à l’École des beaux-arts. De 1920 à sa mort, il ne quitta presque plus l’Hexagone. Élève d’Auguste Perret, grand ami de Braque, gendre de François Le Cœur, proche de Fernand Léger, loué par Le Corbusier… l’homme de manquait ni de relations ni de talent pour s’assurer une brillante carrière. Elle fut pourtant en dents de scie : en plus d’être un étranger, ses idées étaient souvent trop en avance pour l’époque. On en fait le constat dans la petite rétrospective que lui consacre le Centre Pompidou. Son étonnante proposition de Cité hospitalière de Lille (1932), ville visionnaire de tours cristallines, lui est volée par un autre. Idem pour son ingénieux Pavillon de chirurgie d’Ismaïlia (1935), tandis que son apport au futuriste projet du palais de la Découverte (1937-1938) restera lettre morte. Mais l’acmé de ses architectures de papier est la mythique Maison suspendue (1936-1938), investigation inédite d’une nouvelle spatialité. Après-guerre, Nelson aura enfin l’occasion de réaliser un chef-d’œuvre : le rigoureux Centre hospitalier mémorial France-États-Unis, à Saint-Lô (1956), généreuse usine à guérir. Mais ses projets de maison et de musée pour la veuve Léger seront, eux aussi, abandonnés. Le musée national d’Art moderne se targue de posséder «l’essentiel du fonds de l’architecte». Cependant, la pièce maîtresse qu’est la seconde maquette de sa Maison suspendue – réalisée en 1938 par le génial Louis Dalbet, ferronnier de la Maison de verre – se trouve aujourd’hui dans les collections du MoMA et n’a pas traversé l’Atlantique pour la rétrospective. Cette déception mise à part, l’exposition offre une riche et synthétique démonstration de l’inventivité de Nelson, tandis que le catalogue, abondamment illustré, en approfondit l’analyse grâce aux contributions notamment de Joseph Abram et Frédéric Migayrou — sous la direction d'Olivier Cinqualbre.

Centre Pompidou,
place Georges-Pompidou, Paris 
IVe, tél. : 01 44 78 12 33.
Jusqu’au 28 février 2022.
www.centrepompidou.fr

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe