Pascal et Racine en équilibre

On 12 December 2019, by Bertrand Galimard Flavigny

Blaise Pascal a eu une vie avant d’éprouver une «expérience mystique». Il fut avant tout un scientifique. Son essai sur le vide est considéré comme l’un des grands textes fondateurs de l’hydrostatique.

Blaise Pascal (1623-1662), Traitez de l’équilibre des liqueurs, et de la pesanteur de la masse de l’air... , Paris, Desprez, 1663, in-12, reliure d’époque en veau brun, dos à cinq nerfs orné.
Adjugé : 7 688 €

Pascal, nous voulons dire Blaise Pascal (1623-1662), cet «effrayant génie» selon le mot de Chateaubriand, ne fut pas seulement l’homme des Pensées. Il le fut aussi du calcul ou des mathématiques ou des sciences, comme l’on voudra. On se souvient qu’il inventa la machine à calculer, que l’on peut voir au musée des Arts et Métiers. Finalement, dans ce domaine des sciences, son ouvrage le plus important est le Traitez de l’équilibre des liqueurs, et de la pesanteur de la masse de l’air (Paris, Desprez, 1663, in-12). «Pour apprécier l’importance de ce traité dans l’histoire des sciences, il suffit de le situer comme le troisième des grands textes fondateurs de l’hydrostatique, après le Des corps flottants d’Archimède et les livres IV et V de la Statique de Simon Stevin de Bruges (1548-1620)», souligne le philosophe Michel Le Guérin. Pascal aurait songé, à l’origine, vers l’automne 1648, à rattacher la question du vide et celle de l’équilibre des liqueurs, et à les réunir sous un même titre : Récit de la grande expérience de l’équilibre des liqueurs. «Ce détour nécessaire par l’hydrostatique explique sans doute pourquoi le traité complet annoncé en 1647 par les Expériences nouvelles, données comme un abrégé de ce traité complet n’est pas encore achevé à l’été 1651.» Il ne sera terminé que trois ans plus tard sous le titre que nous lui connaissons. L’édition princeps ne paraîtra que près de dix ans plus tard, publiée par le beau-frère de Pascal, Florin de Périer (1605-1672). Elle est illustrée de deux planches dépliantes gravées sur cuivre et d’une figure gravée sur bois, dans le texte. Un exemplaire de cette édition originale, relié en veau brun, le dos à cinq nerfs orné portant la signature manuscrite sur le titre de Racine, a été adjugé 7 688 €, à Drouot, le mercredi 18 septembre 2019 par la maison Ribeyre Baron, assistée par Emmanuel Lhermitte et Stéphanie Martin.
Deux génies à Port-Royal
Pourquoi donc Racine ? À l’époque de cette «méditation» sur le Traité du vide, Pascal, âgé de 28 ans, était tombé malade et menacé de paralysie. Installé à Paris après la mort de son père, il menait ce qu’on appelle une vie mondaine. Cela ne dura pas. Sa sœur, Jacqueline Marie (1625-1661), était entrée au couvent de Port-Royal et contribua à le rapprocher des Jansénistes, dont il prit la défense contre la Sorbonne, ce qui conduira à la rédaction des Provinciales [ou Lettres écrites par Louis de Montalte à un provincial de ses amis et aux RR.PP. Jésuites sur la morale et la politique de ces pères] (P. s.n. 1656-1657, in-4°), qui furent publiées clandestinement en 1656. Un exemplaire de cette édition originale, dans une reliure janséniste en veau moucheté, a été vendu 4 500 €, à Drouot, le 7 juin 2018 par Jean-Jacques Mathias, assisté de Christian Galantaris. Quant à Jean Racine, il avait suivi ses humanités à Port-Royal auprès de sa grand-mère. Après les étourdissements de la cour, il rejoignit les Jansénistes et demanda à y être inhumé, comme Pascal. Les cendres des deux génies ont été transférées en 1711 à l’église Saint-Étienne-du-Mont, à Paris.

Wednesday 18 September 2019 - 14:00 - Live
Salle 7 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Baron Ribeyre & Associés
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe