Paris Photo l’indétrônable

On 04 November 2016, by Céline Piettre

Malgré les difficultés rencontrées en 2015, la foire parisienne tient bon la pose, du haut de ses 20 ans. On lui souhaite que le succès la préserve des affres du temps !

Denis Roche (1937-2015), 20 avril 1979, Paris, rue Henri-Barbusse, 1979, 40 30 cm. Galerie Le Réverbère, Lyon.
© Denis Roche, courtesy galerie Le Réverbère, Lyon

Paris Photo soigne son image. Pas question de se montrer mine défaite… À l’occasion de son 20e anniversaire, la foire parisienne s’offre un nombre record de galeries  153  et une publication rétrospective chez Xavier Barral, aux contributions pléthoriques. Celle qui est devenue le rendez-vous incontournable des collectionneurs vient pourtant de connaître des temps difficiles. Contrainte de fermer prématurément en 2015 suite aux attentats parisiens du 13 novembre, la voilà forcée, au printemps suivant, d’annuler son édition à Los Angeles, mettant ainsi un point final à l’aventure hollywoodienne… Des coups durs qui viennent s’ajouter à des changements successifs de direction et à la fin d’un monopole, la foire devant désormais compter sur la concurrence de sa cousine britannique, Photo London. À l’édition 2016, donc, de prouver sa bonne santé, avec un programme alternant comme toujours galeries et éditeurs, duos et solo shows  pas moins de seize au total , conférences, prix du livre Aperture et, pour fêter dignement sa vingtaine, émissions radiophoniques quotidiennes sur l’antenne de Radio Nova. Consacré aux œuvres en série et de grand format, le secteur Prismes entend rivaliser à sa manière avec l’Unlimited d’Art Basel. Une petite incartade gare du Nord (avec la palissade de Raphaël Dallaporta) marche timidement sur la voie du hors-les-murs. Quant aux sponsors, appelés joliment «partenaires», ils seront présents en nombre, avec des propositions qui ne servent pas toujours les exposants, brouillant parfois la lisibilité des espaces. S’il se réjouit de réintégrer le Grand Palais cette année, Baudoin Lebon a vu son stand, dédié au travail de Patrick Bailly-Maître-Grand, réduit de moitié à la dernière minute : «Les sponsors sont mieux traités que nous», ironise-t-il.
Dans le panier des collectionneurs
À Paris Photo, il faut faire attention à ne pas se laisser griser par les modes et le cliché facile, généralement en couleur et de grand format, et prendre le temps, au contraire, de trouver la perle rare. Pour cette édition, Pieter Hugo (chez Stevenson, Cape Town) et David LaChapelle (chez Staley Wise, New York) devraient aimanter les visiteurs, sans que l’on oublie pour autant le solo plus alternatif dédié à Hiroshi Yamazaki (Emon, Tokyo) ou au lauréat du prix Pictet Michael Schmidt (Nordenhake, Berlin). Jacques-Henri Lartigues fera le bonheur des romantiques, chez Alain Gutharc, et le stand de l’excellente galerie Tak Ishii celui des amateurs de photo japonaise historique, avec des pièces de Shomei Tomatsu et Yasuhiro Ishimoto. L’offre chinoise s’invitera chez M97 et chez Paris Beijing, l’émergence de qualité sur le stand des Filles du Calvaire, les Man Ray à la galerie 1900/2000, les paysages américains depuis le XIXe siècle, avec des raretés, chez Charles Isaacs… De quoi remplir aisément son panier, avec des prix allant de 2 000 € à 1 M€. Parmi les nouveaux exposants, on ne manquera pas l’exigeante galerie d’art conceptuel Mor Charpentier, «venue élargir, nous précise son fondateur, [son] réseau de collectionneurs». Finalement, quand on les interroge, les galeristes sont unanimes : Paris Photo reste la plus grande foire de photographies au monde, en superficie, en qualité et en nombre de visiteurs. 60 000 sont attendus pour cette édition.

À VOIR
Paris Photo
, Grand Palais, avenue Winston-Churchill, Paris XVIIIe.
Du vendredi 11 au dimanche 13 novembre 2016.
www.parisphoto.com
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe