Paris au temps du postimpressionnisme. Signac et les indépendants à Montréal

On 23 July 2020, by Valentin Bec
Théo Van Rysselberghe (1862-1926), Le Moulin du Kalf à Knokke ou Moulin en Flandre, 1894, huile sur toile, collection particulière.
DR

Fruit d’une sélection de cinq cents œuvres issues d’une vaste collection privée – et pour certaines montrées pour la première fois au public –, cette exposition de référence sur le postimpressionnisme s’organise autour de la figure de Paul Signac, peintre et théoricien du néo-impressionnisme, mais également créateur en 1884 du Salon des indépendants, dont l’histoire constitue ici le point de départ. Dans un parcours thématique, on découvre comment le mouvement s’est mis au service des préoccupations de son temps, avec des peintres comme Maximilien Luce, attachés à la représentation de la classe ouvrière soumise à la marche de l’industrialisation, en écho aux idéaux anarchistes contemporains. L’accrochage s’intéresse ensuite à son important rayonnement. En Belgique, le sublime Moulin du Kalf à Knokke ou Moulin en Flandre (1894) de Théo Van Rysselberghe obéit aux préceptes de Signac : la touche divisionniste doit rendre hommage à la nature en restituant son principe essentiel, la lumière, plutôt qu’en la copiant «servilement du plus petit brin d’herbe au moindre caillou». Le visiteur sentira en revanche l’exposition lui échapper au moment où elle s’élargit pour présenter plus globalement la création artistique et publicitaire du Paris de la Belle Époque. Si l’on ressent d’abord un manque de cohérence, on comprend rétroactivement que c’est pour mieux souligner le tribut que doivent des courants aussi importants et variés que le fauvisme, le symbolisme (une salle entière est consacrée à Redon) ou le cubisme au Salon des indépendants et à son créateur : une profusion d’innovations picturales en quelque trois décennies et dont le propos rend compte de manière inédite, en plaçant Signac comme figure nodale. Mais, surtout, on sort réjoui d’avoir pu se délecter de ces rares chefs-d’œuvre.

Musée des Beaux-Arts,
1380, rue Sherbrooke Ouest, Montréal, tél. : +1 514 285 2000.
Jusqu’au 15 novembre 2020.
www.mbam.qc.ca
Welcome La Drouot Gazette offers you 4 Articles.
You still have 3 article(s) left to read.
I subscribe