Gazette Drouot logo print

Naples, soleil levant par Vernet

Published on , by Christophe Provot

Les arts décoratifs du XVIe au XIXe siècle étaient à la fête mardi dernier, entraînés par Joseph Vernet, Jean-François Hache et Antoon Van Dyck.

Claude Joseph Vernet (1714-1789), Vue des galères de Naples, 1750, huile sur toile,... Naples, soleil levant par Vernet
Claude Joseph Vernet (1714-1789), Vue des galères de Naples, 1750, huile sur toile, 74,5 100 cm.
Adjugé : 256 000 

1750 est une année faste pour Claude Joseph Vernet. Outre celle de la naissance de son deuxième fils Orazio – l’artiste ayant épousé en 1745 Virginia Cecil Parker, fille d’un officier anglais dans la marine pontificale – qui cependant mourra en bas âge, elle coïncide avec le séjour à Rome d’Abel-François Poisson, futur marquis de Marigny et directeur des Bâtiments du roi. Celui-ci lui passe commande d’une paire de tableaux avant de le proposer trois ans plus tard, une fois Vernet rentré au pays, auprès de sa majesté pour peindre la série des «Ports de France». Notre toile faisait elle aussi partie d’une paire, commandée par François Thiroux d’Epersennes pour son hôtel parisien en 1750. Redécouverte récemment, cette Vue des galères de Naples, déployée sous une lumière matinale en page 59 de la Gazette n° 24 (voir l'article Naples retrouvée par Joseph Vernet), recueillait 256 000 €. Reste à retrouver la seconde… Légèrement plus tardive puisque datée vers 1760, une gracieuse table à écrire à la marqueterie fleurie, ayant perdu sa tablette d’entretoise mais aux courbes généreuses, s’en allait à 53 760 € – sur une estimation prudente de 3 000/5 000 €. Elle est attribuée à Jean-François Hache (1730-1796), ébéniste issu d’une prestigieuse lignée d’artisans ayant fait leurs armes à Grenoble – une remarquable armoire, exécutée par son grand-père Thomas Hache et admirée en page 27 de la Gazette n° 24 (voir l'article Thomas Hache à Chambéry : le goût du voyage), passait aux enchères le 26 juin à Louviers. Le motif de fleurs en bois teinté sur fond de loupe est caractéristique de sa production et se retrouve sur de nombreux autres meubles estampillés «Hache à Grenoble», parfois enrichis de cartouches d’ébène dont les formes ne sont pas sans rappeler celles de son homonyme Oeben – qu’il rencontra lors de sa formation à Paris. Enfin, une autre attribution, cette fois-ci au Flamand Antoon Van Dyck (1599-1641), valait à une toile aux tonalités rouges et noires figurant Saint Jérôme (104 89 cm) de s’échanger contre 42 240 €.
 

Tuesday 21 June 2022 - 14:00 (CEST) - Live
Salle 5 - Hôtel Drouot - 75009
Ader
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Welcome La Drouot Gazette offers you 2 Articles.
You still have 1 article(s) left to read.
I subscribe